Coup d’envoi de l’opération «Mois sans tabac»

DR
09 octobre 2017
Par Mikaël Livret
Le coup d'envoi de l'opération "Mois sans tabac" sera donné ce lundi par la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Objectif : inciter les Français à arrêter de fumer. L’an dernier lors de la première édition, 28 470 Franciliens avaient joué le jeu.

Des efforts en perspective et peut-être l’occasion d’arrêter. Le coup d’envoi de l’opération «Mois sans tabac», dont la deuxième édition sera lancée le 1er novembre, va être donné aujourd’hui par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. L’occasion pour les fumeurs intéressés par ce défi de se procurer les outils proposés pour tenir trente jours sans consommer de cigarettes.

Parmi eux, des kits d’aide à l’arrêt, distribués gratuitement dans les pharmacies, ou encore une application de coaching délivrant des conseils personnalisés. L’opération, menée par Santé publique France et l’assurance maladie, vise à créer chez les fumeurs un déclic pour arrêter définitivement. L'an dernier, cette opération, menée en collaboration avec l'agence sanitaire Santé publique France et l'Assurance maladie, s'était concrétisée par un spot télévisé, la distribution de kits gratuits d'aide à l'arrêt du tabac ou encore le lancement d'une application de « coaching » pour soutenir les fumeurs dans leur tentative. 180.000 Français avaient joué le jeu dont 28 470 Franciliens.

Santé publique France a aussi noté que les appels reçus au 39 89 entre octobre et novembre 2016 ont été multipliés par 2 par rapport à 2015 (15.618 vs 6.956). Dans une moindre mesure, sans pour autant savoir réellement si cette opération a joué un rôle, les ventes de tabac ont diminué légèrement en novembre 2016 par rapport à la même période un an auparavant (-3,1% cigarettes, -9,1% tabac à rouler)

Arrêter un mois multiplie par cinq les chances de stopper définitivement

Cette opération est inspirée d'une initiative menée au Royaume-Uni depuis 2012, "Stoptober". Selon l'expérience outre-Manche, arrêter de fumer pendant un mois multiplie par cinq les chances d'arrêter définitivement le tabac. Et c'est également en novembre qu'aura lieu la première des six hausses prévues du prix du tabac en France, qui amèneront le paquet de cigarettes à 10 euros d'ici fin 2020 avec là encore pour objectif de faire baisser la consommation de tabac.

La France figure parmi les mauvais élèves européens, avec encore 32% de fumeurs réguliers et 24% de fumeurs quotidiens, soit 13 millions d’adultes qui fument quotidiennement. Le tabac tue chaque année 73 000 personnes et représente la première cause de mortalité évitable.