Durcir le contrôle des chômeurs

Pole-emploi.fr
27 décembre 2017
Par Mikaël Livret
C’est ce qu’envisage de faire le gouvernement, selon le Canard Enchainé. Parmi les mesures envisagées : une réduction des allocations de 50% pendant 2 mois si la recherche d’emploi est jugée insuffisante.

Ça risque de se corser. Le ministère du Travail envisagerait sérieusement de durcir les sanctions à l'égard des chômeurs dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage. C'est en tout cas ce qu'assure Le Canard enchaîné daté du 27 décembre, citant une note confidentielle du ministère du Travail.

Selon le document cité par l'hebdomadaire satirique, une recherche insuffisante, un refus de formation ou un refus de deux offres d'emploi jugées raisonnables entraîneraient une réduction des allocations de 50% pendant deux mois. En cas de récidive, elles seraient supprimées pour une durée de deux mois.

En plus, chaque demandeur d'emploi pourrait remplir un "rapport d'activité mensuel". Il devrait y lister l'ensemble des démarches effectuées pour favoriser son retour à l'emploi.             

Pôle Emploi a dressé le premier bilan du contrôle des chômeurs

Actuellement, en cas de recherche d'emploi insuffisante ou de refus de formation, un chômeur peut voir son allocation réduite de 20% pendant deux à six mois. En cas de récidive, l'allocation baisse de moitié pendant deux à six mois, voire est supprimée définitivement.

En cas de refus à deux reprises d'une offre raisonnable d'emploi, l'allocation est suspendue pendant deux mois. Si le refus se répète, elle peut être supprimée pendant deux à six mois, voire définitivement.

La négociation sur la réforme de l'assurance chômage doit débuter le 11 janvier et s'achever mi-février. Le 22 novembre, Pôle Emploi a dressé le premier bilan du contrôle des chômeurs, entamé fin 2015 : 269.000 contrôles ont abouti à 14% de sanctions.