La future gare du RER E n’est pas construite au bon endroit

RER EOLE
29 décembre 2017
Par Mikaël Livret
Couac dans les Yvelines. On apprend que la future gare du RER E à Mantes-la- Ville n’a pas été construite au bon endroit. Elle ne devrait pas être démolie pour autant mais un deuxième bâtiment devra être construit pour accueillir le public.

À peine construite, bientôt démolie? La future gare Eole (RER E) de Mantes-la-Jolie — située sur le territoire de Mantes-la-Ville — avait fait l’objet de discussions vives lors du dernier conseil municipal.

Ce petit immeuble dont les travaux sont quasiment terminés est censé accueillir les voyageurs du RER dans le cadre de l’arrivée de la ligne E, prévue en 2024. Sauf qu’il n’aurait pas été construit au bon endroit ! « Les responsables d’Eole ont érigé ce bâtiment sur un terrain SNCF, en urgence, sans tenir compte de l’aménagement de tout ce secteur, indique un membre de l’établissement public d’aménagement du Mantois Seine-aval (Epamsa). Résultat, il ne s’intègre plus au schéma global. Ils ont été trop vite ! »

Un deuxième bâtiment devrait être construit pour réparer cette bévue

Faut-il pour autant envisager sa démolition ? « Pas du tout ! » assure cet élu de l’Epamsa. Seulement, et pour des questions d’aménagement, le parvis de la gare doit être déplacé. Pour des raisons techniques, ce bâtiment ne pourra pas accueillir les voyageurs comme c’était prévu. »

Un deuxième bâtiment, pour les voyageurs, devrait logiquement être construit pour réparer cette bévue. Il devrait se situer à quelques dizaines de mètres de l’existant, au pied d’une nouvelle passerelle voyageurs. Difficile d’être plus précis : un nouveau projet d’organisation globale devrait être dévoilé dans les prochains mois.

Contacté par le Parisien, le service presse du projet Eole assure toutefois que le bâtiment actuel ouvrira bien en mai 2018, comme prévu et qu’il ne sera pas démoli. « En outre, il accueillera bien des voyageurs et non pas des bureaux ou des commerces comme il a pu être dit. » Une affirmation cependant mise en doute par tous les acteurs du dossier.