Info locale

La région veut un scénario du compromis sur les berges de Seine

06 mars 2018 à 10h23 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

La présidente de la région Ile-de-France propose a son tour une version «progressive» de la piétonnisation des berges de Seine. Pas totalement contre, Valérie Pécresse envisage une transition plus douce sur la durée.

La guerre continue. Entre la région Ile-de-France et la mairie de Paris, c’est le dossier brulant du moment : la piétonnisation des berges de Seine. Alors qu’Anne Hidalgo, la maire de la capitale, doit prendre dans les prochains jours un nouvel arrêté de piétonnisation, la région a dévoilé ce lundi ses propositions.

Pour Valérie Pécresse, il s’agirait dès le mois d’avril de réduire la vitesse (30km/h) et de transformer l’axe en rue à une seule voie de circulation la semaine. La seconde serait réservée aux vélos et au piétons. En revanche les week-ends et les vacances, les véhicules seraient bannis. 

Par la suite, dès 2020, seuls les véhicules propres pourraient y circuler avant de laisser la place aux badauds et aux cyclistes fin 2021. Valérie Pécresse souhaite prendre son temps et mettre en place des mesures compensatoires pour les franciliens avant de totalement piétonniser les voies sur berges. Cela pourrait passer par exemple par l’augmentation de la fréquence de la ligne 1 du métro.