Le « Train surfing » fait une nouvelle victime dans le métro

Station Villejuif-Louis Aragon - photo de LD93
30 octobre 2017
Par Mikaël Livret
Nouveau drame dans le métro parisien. Un jeune d’une vingtaine d’année est entre la vie et la mort après avoir chuté d’un métro samedi. C’était à la station Louis-Aragon-Villejuif (Val-de-Marne). Les enquêteurs cherchent à savoir si la victime pratiquait le « train-surfing ».

Un jeune homme d'une vingtaine d'années s'est très grièvement blessé samedi en chutant sur les voies à Villejuif (Val-de-Marne) après être monté sur le toit d'une rame de métro, a-t-on appris de sources concordantes. Le pronostic vital du jeune homme qui a chuté à la station Villejuif-Louis Aragon est engagé, mais "il était vivant lorsqu'il a été transporté à l'hôpital", a précisé une de ces sources, confirmant une information du journal Le Parisien.

Les enquêteurs cherchaient encore à éclaircir les circonstances précises de l'accident, qui s'est produit vers 07H30, et notamment à déterminer si la victime pratiquait le "trainsurfing". D'après les premiers éléments de l'enquête, il est monté dans le métro à la station Le Kremlin-Bicêtre, où il aurait été pris d'une envie de fumer. D'après un témoin qui se trouvait à l'intérieur du métro, il aurait d'abord voulu se placer entre deux rames pour fumer sa cigarette. Mais comme il ne pouvait pas s'asseoir, contre toute attente, « il serait monté sur le toit pour fumer », a indiqué une source policière.

Des circonstances encore floues

Il ne descendra de la rame que trois stations plus tard, au métro Villejuif-Louis-Aragon. Ou plutôt, il en chutera : il est tombé sur la tête en voulant retrouver le sol. Il souffre d'une plaie ouverte à la tête et de contusions. Etait-ce un pari, a-t-il été mis au défi ? L'enquête, confiée au commissariat du Kremlin-Bicêtre, devra le déterminer.

Mardi dernier, un jeune homme de 16 ans est mort à Paris alors qu'il était monté sur le toit d'une rame de métro de la ligne 6, prisée des amateurs de "train surfing". Il a percuté une verrière de la station Bir-Hakeim (15e arr) alors qu'il se trouvait sur le toit de la rame avant d'être projeté sur les voies, traîné puis tué par la rame de métro qui arrivait en sens inverse. En France, le « train-surfing » est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende.

Dans un communiqué, la RATP avait rappelé que "l'environnement ferroviaire est particulièrement dangereux" et appelé "à faire preuve de discernement et à ne pas se prêter à cette pratique inconsidérée et extrêmement dangereuse, pouvant entraîner la mort".