Les gynécologues mettent en garde contre la contraception naturelle

Flickr
07 mars 2018
Par Maud Tambellini
La Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale lance un cri d’alarme contre les méthodes de contraception dites « naturelles ». Le nombre de grossesses non-désirées serait en forte hausse en France.

En matière de contraception, la pilule reste encore majoritaire auprès des femmes en France. Mais elle n’a plus le vent en poupe. Selon le dernier baromètre 2016 sur la santé sexuelle de l’INPES, le choix de la pilule comme méthode contraceptive est en baisse depuis 2013 chez toutes les tranches d’âge de la population, des 15-19 ans au 30-44 ans.

A l’inverse, le choix du préservatif est lui en hausse ainsi que les méthodes de contraception dites « naturelles » comme le retrait ou encore calculer sa date d’ovulation pour ne pas avoir de rapport à ce moment là.

Mais le problème c’est que ces méthodes ne sont pas très fiables. C’est ce qu’a voulu rappeler la Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale. Ces méthodes connaîtraient un taux d’échec de 17% à 20%. Notamment avancent les experts parce que les femmes ne sont pas des robots et n’ovulent pas toujours exactement le 14ème jour. En tout cas la conséquence ; une hausse des grossesses non désirées constatées plus particulièrement chez les 20-24 ans.