Info locale

Les parents en retard seront désormais verbalisés

04 décembre 2017 à 10h38 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Capture d'écran Google maps

Face aux retards récurrents, la ville d’Eragny-sur-Oise (Val-d’Oise) vient de voter la mise en place de pénalités pour les parents qui ne respectent pas les règles de l’accueil extra-scolaire.

Attention aux PV. Les parents d’Eragny-sur-Oise (Val-d’Oise) vont devoir prendre de bonnes résolutions en matière d’organisation dès le mois de janvier. La ville vient de voter la mise en place de nouvelles pénalités pour les familles qui ne respectent pas les règles de l’accueil extra-scolaire. Ceux qui ne s’inscrivent pas en temps et en heure et ceux qui viennent récupérer leurs enfants en retard devront payer plus cher.

« Pour l’accueil du mercredi, il est possible de s’inscrire jusqu’à la veille à 8 h 30 », explique Annabelle Vicente, adjointe au maire en charge de l’éducation et de la petite enfance. « Et concernant les vacances, on a jusqu’au mardi précédant le début des congés. Malgré cela, entre septembre et novembre 2017 nous constatons une présence de 33 % supérieure à celle des inscriptions. » Ce décalage cause d’évidents problèmes aux équipes chargés de surveiller les enfants. « Ils sont en perpétuelle recherche d’animateurs, souvent le matin même », déplore l’élue. Pour inciter les parents à respecter les délais, la ville leur imposera donc une majoration de 50 % du tarif, au lieu des 20 % auparavant appliqués.

"On va se retrouver avec des enfants, la clé autour du cou"

« Il y a également une récurrence des retards le soir, les parents viennent après 19 heures », souligne Annabelle Vicente. Selon elle, ce phénomène coûterait 8 500€ par an à la collectivité. La municipalité instaure donc l’année prochaine une amende de 10 €. « Ce genre de pénalité existe déjà dans le secteur de la petite enfance, au niveau des crèches », rappelle l’élue. L’opposition n’est, de fait, pas vraiment d’accord avec la mesure juge qu’à « trop vouloir être répressif, on va se retrouver avec des enfants, la clé autour du cou, qui rentreront chez eux, isolés. » Le maire Thibault Humbert (LR) reste inflexible. « Il faut se responsabiliser », a-t-il martelé. « Bien sûr c’est du cas par cas, on sait qu’il peut y avoir des problèmes de transport. Mais on s’adresse à des adultes, la pédagogie a ses limites, la discussion aussi. »

À la sortie de l’école, cette décision ne surprend guère. Présentée il y a quelques jours aux représentants des parents d’élèves, la nouvelle politique municipale n’a ne semble-t-il pas fait de remous. Espérons que tout le monde y trouve son compte.