Les surveillants de Fleury-Merogis sont en colère

Justice.gouv
22 février 2018
Par Mikaël Livret
Ils se sont rassemblés ce matin devant la plus grande prison d’Europe après une double agression de surveillant dont un gravement blessé au visage par un détenu.

Le retour des pneus et des palettes devant l’entrée. Les gardiens de la prison de Fleury-Merogis (Essonne) sont encore mobilisés ce jeudi matin, moins d’un mois après une grève de quinze jours concernant les conditions de travail et la sécurité des surveillants. L’accès à la prison n’était pas bloqué et les surveillants qui souhaitaient prendre leur service pouvaient entrer dans le bâtiment.

Une nouvelle mobilisation après deux nouvelles agressions cette semaine. Mercredi après-midi, un gardien a été hospitalisé après avoir été blessé à l’œil et au visage par un détenu qui l’a attaqué à l’arme blanche. Mardi, dans la même prison, un surveillant avait été étranglé par un prisonnier.

L’appel au blocage en soutien à leur collègue agressé ne devrait pas être renouvelé. Il s’agit d'« un coup de colère » déclarent les syndicats.