Louane et d'autres artistes interpellent Emmanuel Macron "contre les violences sexuelles"

louaneofficiel.com
06 novembre 2017
Par Aurélie Amcn
Louane et 100 autres personnalités françaises interpellent le président Emmanuel Macron "contre les violences sexuelles". Dans une lettre ouverte publiée dans le JDD, elles lui imposent même un "plan d'urgence".

L’affaire Harvey Weinstein dépasse les frontières de Hollywood. Le mois dernier, le producteur américain a été accusé d’avoir agressé sexuellement plusieurs actrices et autres de ses collaboratrices. Depuis, les langues se sont déliées à travers le monde. Des producteurs, des acteurs, des politiques… Les femmes n’hésitent plus à dénoncer leur agresseur. En France, c’est avec le hashtag #BalanceTonPorc que les personnalités, mais aussi de nombreuses anonymes ont osé révéler, elles aussi, avoir été victime de harcèlement sexuel sur leur lieu de travail. Face à ces multiples dénonciations, ce dimanche, 100 personnalités féminines françaises, avec en tête la chanteuse Louane, ont signé une lettre ouverte « contre les violences sexuelles ». Une lettre publiée dans le JDD et adressée au président de la République, Emmanuel Macron. 

« Nous savons votre agenda chargé. Vous n’avez pourtant pas pu passer à côté. Depuis des jours, plusieurs centaines de milliers de messages sont apparus sur les réseaux sociaux pour témoigner de l’ampleur des violences sexuelles que subissent les femmes en France (…). Certaines ne sont plus là pour signer cette tribune, mortes sous les coups. L’avez-vous en tête lorsque vous vous déplacez, rencontrer des citoyennes et citoyens, présidez une réunion ou un dîner officiel ? », peut-on lire en introduction de la pétition. « Monsieur le Président, nous avons été, comme tant d’autres, harcelées, agressées ou violées. Comme tant d’autres, nous avons souvent dû faire face au déni de nos entourages, à l’absence de prise au sérieux par les services de l’État, à la tentative de notre société de nous faire croire que ce n’était pas grave (…), nous sommes témoins du silence vertigineux de notre société », dénonce ensuite les signataires. À l’origine du texte, quatre personnalités du divertissement et surtout militantes féministes : la juriste Clara Gonzales, la journaliste Guilia Foïs, Caroline De Haas, fondatrice d’Osez le féminisme et Marie Cervetti, directrice d’un centre d’accueil pour les victimes de violences.

Louane et les 99 autres premières signataires du texte imposent ensuite littéralement la mise en place d’un plan d’action en cinq points au président de la République : « Décrétez un plan d’urgence. Maintenant. 1. Doublez immédiatement les subventions des associations qui accueillent les femmes au téléphone et le nombre de places d’accueil pour les femmes victimes. 2. Organisez dès 2018 une formation de tous les professionnel.le.s en contact avec des femmes. 3. Créez au collège un brevet de la non-violence sur le modèle du brevet de la sécurité routière, obligatoire dès la rentrée prochaine. 4. Rendez obligatoire la formation des salarié.e.s et managers à la prévention du harcèlement sexuel au travail. 5. Lancez une campagne nationale de prévention aussi importante que celles sur la sécurité routière, campagne que vous pourriez venir présenter au JT d’une grande chaîne ». À cette heure, le gouvernement n’a pas encore réagi ou commenté cette lettre ouverte publiée dans le JDD et signée par Louane, Florence Foresti, Yamina BenguiguiRokhaya DialloImany, Alexandra Lamy et tant d’autres femmes.