Oscars : les 10 moments cultes de la cérémonie

David Alonso Rincon- Flickr
04 mars 2018
Par Stéphane Hubert
Créée en 1929 et d’abord connue sous le nom d’Academy Awards, la cérémonie a pris le nom d’Oscars depuis 1934. Retour sur 10 moments cultes de son histoire.

1935 : Une française remporte la statuette
Claudette Colbert est la première actrice française à triompher dans la catégorie « meilleure actrice » pour son rôle dans New York-Miami de Frank Capra. D’autres actrices prestigieuses lui succéderont : Simone Signoret en 1960 pour Les Chemins de la Haute Ville, de Jack Clayton, et Marion Cotillard en 2008, pour La Môme, d’Olivier Dahan. Il faudra attendre 2012 et Jean Dujardin pour qu’un français reçoive l'Oscar du meilleur acteur, pour son rôle dans The Artist, de Michel Hazanavicius.

1940 : Première actrice noire à gagner un Oscar
Symbole très fort dans une Amérique encore marquée par les conflits interraciaux, Hattie McDaniel est la première actrice afro-américaine à remporter un Oscar. Elle gagne celui du meilleur second rôle féminin pour sa performance dans Autant en emporte le vent, de Victor Fleming.  Il faudra attendre 24 ans pour que Sidney Poitier devienne le premier comédien noir à recevoir le prix du meilleur acteur pour sa prestation dans Le Lys des Champs, de Ralph Nelson.

1969 : Match nul

Un moment inédit de l’histoire de la cérémonie : une égalité entre Katharine Hepburn pour Le lion en hiver et Barbra Streisand pour Funny Girl qui repartent chacune avec la statuette de la meilleure actrice. 

1993 : Persona non grata
Susan Sarandon et Tim Robbins, très actifs dans la défense des égalités, font un discours sur le traitement des séropositifs en Haïti. L’Academy des Oscars  les bannit à vie… En tout cas, jusqu’en 1996 pour Susan Sarandon, alors nommée pour l'Oscar de la meilleure actrice, et jusqu'en 2004 pour Tim Robbins, nommé pour l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

L'autre champion du monde de 1998

1998 : et 1, et 2, et 11 Oscars
Carton plein pour un film sur un naufrage. James Cameron le dit sur la scène en recevant l’Oscar du meilleur réalisateur : «Je suis le roi du monde». Le film Titanic remporte 11 statuettes, égalisant la performance de Ben Hur en 1960. 

1999 : Un clown heureux

Roberto Benigni remporte l'Oscar du meilleur acteur pour La vie est belle, et devient fou, grimpant sur les sièges rouges et sautant de rang en rang pour rejoindre la scène. Un grand moment de folie douce.

2000 : moment de malaise général

Angelina Jolie est accompagnée de son frère sur le tapis rouge, et l’embrasse à pleine bouche devant les photographes qui n’en reviennent pas. Personne n’ose rien dire. C’était une époque où l’ex-femme de Brad Pitt était un peu incontrôlable.

2003 : moment de malaise, épisode 2

3 ans plus tard, c’est Adrien Brody qui est lui aussi pris d’un moment d’embrassade frénétique. Alors qu’il reçoit l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Le pianiste de Roman Polanski, il déboule sur scène surexcité et embrasse Halle Berry, qui s'apprêtait à lui remettre la statuette. L’actrice est sous le choc. Un peu comme tout le monde dans la salle. 

On se bouche les oreilles

2011 : la bombe F 

S’il y a bien un mot qui est banni des antennes américaines, c’est bien « Fuck ». Et il aura fallu attendre la 83ème cérémonie des Oscars avant que le mot ne soit prononcé pour la première fois. La faute à Melissa Leo, sur scène pour recevoir l'Oscar du meilleur second rôle pour The Fighter.

2017 : C’est la panique

C’est peut-être le plus gros accident de l’histoire de la cérémonie. Venus remettre l’Oscars du meilleur film, Faye Dunaway et Warren Beatty, à qui on a donné la mauvaise enveloppe, annoncent le mauvais gagnant. L’équipe du film La La Land monte sur la scène, avant de se faire signifier que c’est en fait Moonlight qui a gagné. Un grand moment de flottement et de gêne.