Info locale

Que vous réserve l’Ile-de-France pour 2018 ?

19 décembre 2017 à 10h39 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Pixabay

Le conseil régional est en plein vote sur son budget qui fixera la feuille de route pour l’année prochaine.

Quelle ligne conductrice pour la région parisienne en 2018 ? Les élus du conseil régional d’Ile-de-France planchent sur le budget jusqu’au mercredi 20 décembre. Le contexte : des recettes en baisse (-2,4%). Malgré tout, Valérie Pécresse (LR), qui préside à la destinée de la région depuis fin 2015, entend maintenir le cap en poursuivant les efforts d’investissements: « Ils auront augmenté de 25 % par rapport à 2015. »

Côté dépenses de fonctionnement, c’est l’inverse : - 12%, soit une économie de près de 120 € par Francilien. Cela passe par des diminutions d’effectifs, le passage aux 35 heures et le déménagement fin janvier du conseil régional des quartiers huppés du VIIe vers Saint-Ouen (93), « ce qui divisera les loyers par deux ».

L’Ile-de-France se fixe trois objectifs

-Faire de l’Ile-de-France « la première région écologique d’Europe ». La somme d’1,9 Mds € sera consacrée à la politique écologique et au développement durable, avec davantage d’argent prévu pour le financement de projets énergétiques propres et la création d ‘espaces verts.

-Les transports. Mais la grande majorité de ce 1,9 Mds€ sera consacrée à l’accélération de gros chantiers transports : prolongement de la ligne 11 du métro vers Rosny - Bois-Perrier, du tram-train Massy - Evry, de la ligne 4 vers Bagneux, du T1 entre Gennevilliers et Colombes.

-Les routes. Un coup d’accélérateur sera donné à plusieurs chantiers pour faire sauter les bouchons : aménagement du boulevard du Parisis (95), déviation de Verneuil-Vernouillet (78), contournement de Roissy (77 - 95), desserte du port de Bonneuil (94). Et 18 M€ serviron à « promouvoir l’usage du vélo (pistes cyclables,etc).

Formation, emploi... La région mise sur l’attractivité

La région maintient son objectif : 100 000 apprentis (ils sont environ 80 000 actuellement dans les CFA) et 20 000 demandeurs d’emplois en formation d’ici 2021, à la fin du mandat de Valérie Pécresse.

-Les Lycées. Dans le cadre du plan d’urgence de 5 Milliards d’euros pour en finir avec les lycées surchargés et parfois vétustes, près de 780 millions d’euros seront débloqués l’an prochain. Parmi les quatorze opérations en 2018 : les rénovations globales des lycées Le Corbusier à Poissy (78) et Ferry-Cormier à Coulommiers (77), la livraison du lycée international de Courbevoie (92) et d’un lycée à Boulogne (92), le lancement de cinq lycées à Versailles (78), Pierrefitte (93), Saclay (91), Cormeilles (95) et Vincennes (94) et une restructuration du lycée de Courcouronnes (91).

-Le supérieur. 50 M€ sont prévus pour soutenir notamment quatre équipements universitaires : le campus Condorcet à Aubervilliers (93), la bibliothèque à Nanterre (92), la réhabilitation de l’école vétérinaire de Maisons-Alfort (94) et la construction d’un bâtiment pour les étudiants en tourisme de l’UPEM à Val-d’Europe (77).

-Parmi les autres mesures pour une région plus attractive : l’accompagnement de 190 PME « porteuses de croissances » (31,5 M€) et de projets liés à l’intelligence artificielle et à l’innovation (44 M€), le développement du coworking dans les zones rurales (3,5 M€), 10 Millions d'euros pour le très haut débit...

Rapprocher la banlieue 

24 Millions d’euros seront strictement dédiés à la ruralité (modernisation des équipements dans les petites communes, parcs naturels, aide à la sauvegarde des petits commerce...). Si ces aides auront quasiment triplés par rapport à 2015... elle restent minimes au regard du budget de l’Ile-de-France qui dépasse les 5 milliards.

-La culture. La politique culturelle ayant aussi vocation à se développer dans les campagnes, la région va faire des chèques (94 M€) aux communes qui souhaitent valoriser leur patrimoine ou moderniser leur médiathèque, cinéma, musée... Sans oublier des aides à la création.

-Sport. Depuis 2015, les aides ont pratiquement doublé. 27 M€ sont prévus pour épauler les communes dans la construction de piscines et d’équipements sportifs de proximité. La région versera aussi sa part (19 M€) pour soutenir les JO 2024 (centre aquatique olympique, rénovation du stade Yves-du-Manoir...).

-Sécurité. Valérie Pécresse versera l’an prochain 10 M€ pour la sécurisation des lycées et une somme équivalente pour son « bouclier sécurité » en faveur des communes. Objectif : les aider à équiper leur police municipale et faire davantage de vidéo-protection.