Info locale

Un prix unique pour vous déplacer pendant l’épisode de pollution

23 février 2018 à 09h27 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

Troisième jour consécutif de pollution aux particules fines sur l’Ile-de-France. La Ville de Paris a demandé à l'Etat de mettre en place la circulation différenciée dans la capitale. Ce qui a été refusé. En revanche, le forfait « antipollution » est de retour dans les transports. Pour 3,8€ vous pouvez vous déplacer n’importe où dans la région.

On ne suffoque pas non plus mais… Les autorités recommandent à nouveau ce vendredi de laisser la voiture au garage au profit des transports en commun en Ile-de-France. Ile-de-France Mobilités a donc décidé de déclencher le forfait « antipollution » sur l’ensemble du réseau. Ce ticket garantit l'accès à l'ensemble des réseaux Transilien, RATP et Optile en région Ile-de-France pour la journée du vendredi 23 février.

Ce forfait « antipollution » toutes zones, a été créé en 2017, au tarif de 3,80€ pour la journée. Il s’agissait surtout de trouver une alternative à la gratuité totale du réseau lors des épisodes de pollutions. Cela coûtait très cher à la région, près de 4 millions d’euros par jour contre 500.000 euros / jour pour le forfait « antipollution », selon la région Ile-de-France.

Pas de circulation différenciée

L’autre mesure, souvent réclamée lorsque les niveaux de particules fines s’envolent, c’est la circulation différenciée. La mairie de Paris a demandé à la préfecture de déclencher la mesure, ce qui a été refusé. Le maire adjoint en charge des transports Christophe Najdovski s'est agacé sur les réseaux sociaux, déplorant le manque d’action et de réactivité des autorités. « Hier c’était trop tôt, demain ce sera trop tard. Résultat, aucune action vraiment concrète de l'Etat », a-t-il déploré.

Le dispositif des vignettes Crit'Air permet, sur le papier, d'interdire la circulation des véhicules les plus polluants en période de pollution.