Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

93/ Aulnay-sous-Bois : Pas de viol selon la police des polices !

09 février 2017 à 10h31 Par Rédaction

Malgré l'appel au calme lancé par Théo mardi, la nuit a encore été agitée en Seine St Denis. 26 personnes interpellées à Clichy sous Bois, Villepinte, Le Blanc Mesnil et Drancy. Des tensions qui ne devraient pas s'apaiser avec les premières conclusions de la police des polices sur l'interpellation.

Un accident dramatique mais pas de viol. Voici en substance la thèse privilégiée par la police des polices dans un rapport qui doit être remis à la juge d’instruction. C’est elle qui décidera de renvoyer ou non les quatre policiers mis en cause dans cette affaire. Après avoir visionné les images de vidéosurveillance, les enquêteurs ont mis en évidence que Théo ne s’est pas laissé menotter. S’ensuit alors une bagarre avec trois fonctionnaires de police. En tentant de le maîtriser, l’un d’entre eux utilise alors une matraque pour le mettre à genou. Toute idée de "viol délibéré" est écartée, en raison d'absence d’élément intentionnel. En aucun cas un policier ne lui a baissé son pantalon pour lui introduire la matraque selon les enquêteurs même si, à la police des polices, on déplore un "accident grave et réel".

Les tensions gagnent les communes limitrophes.

La préfecture de police de Paris annonce qu'il y a eu 26 interpellations cette nuit en Seine-Saint-Denis pour violences urbaines. Quelques départs de feu ont été recensés à Drancy, Villepinte, Clichy-sous-Bois et au Blanc-Mesnil. Ils ont été rapidement maîtrisés.

Mardi soir, déjà plusieurs véhicules ont été incendiés. À Tremblay-en-France, une dizaine de personnes, dont plusieurs enfants, intoxiquées, après le jet d'un cocktail Molotov dans un bâtiment. Un chauffeur de bus a été aussi légèrement blessé dans les environs de Clichy-sous-Bois. La police a dénombré 23 interpellations, dont cinq sur la commune d’Aulnay-sous-Bois.

De la prison ferme après les échauffourées à Aulnay

Après les heurts dans la cité des 3.000 lundi soir, qui ont conduits à 26 interpellations, dix-sept jeunes ont été présentés à la justice. Deux ont été condamnés à 6 mois de prison ferme, 3 autres personnes à 6 mois avec sursis pour leur participation aux violences contre les forces de l'ordre. Dans la nuit de mercredi à jeudi, 26 personnes ont à nouveau été interpellées, dans le seul département de la Seine St Denis, à Clichy sous Bois, Villepinte, Le Blanc Mesnil et Drancy, pour des violences urbaines précise la préfecture de police de Paris.

Par ailleurs, dans la nuit de lundi a mardi, marquée par les violences, les policiers ont utilisé leur arme à feu pour des tirs de sommation, à balle réelles, pour disperser les manifestants.

La tension gagne aussi les rues de Paris.

Depuis Mardi soir, près du métro Ménilmontant (XIe), dans une ambiance électrique, plusieurs centaines de personnes viennent apporter leur soutien à Théo. Il réclame justice pour le jeune homme. Des rassemblements vivement encadrés par les forces de l’ordre pour éviter les débordements.

Théo, avait pourtant exhorté hier au calme depuis son lit d’hôpital. Un appel salué par François Hollande, qui s’est rendu à son chevet mardi, lors d’une visite surprise. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a plaidé pour la plus grande fermeté en cas de dérive policière. Pour rappel, quatre fonctionnaires sont suspendus et toujours mis en examen pour violences dont un pour viol.