Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info générale

Attaque à Paris : "l'auteur principal" interpellé

25 septembre 2020 à 12h38 Par Iris Mazzacurati
La rue Nicolas Appert, où se trouvaient les locaux de Charlie Hebdo, à nouveau théâtre d'une attaque.
Crédit photo : Alain JOCARD / AFP

Un individu armé d’un hachoir de boucher, a attaqué deux personnes, ce vendredi 25 septembre, près des anciens locaux du journal "Charlie Hebdo". Deux suspects ont été interpellés. Le parquet national antiterroriste a été saisi.

Deux personnes ont été blessées à l'arme blanche, à Paris vendredi à 11h50, près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo, en plein procès des attentats meurtriers qui l'avaient notamment visé en janvier 2015, a-t-on appris de sources concordantes.

Les victimes, un homme et une femme, sont des employés de la société de production d'Elise Lucet, Premières lignes. Elles étaient descendues fumer leur cigarette au moment des faits. Leur pronostic vital n'est pas engagé, les deux journalistes ont été transportés à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.

Un suspect a été arrêté quelques minutes plus tard, dans le quartier de la Bastille. Il revendiquerait les faits, selon une source policière.

Un deuxième homme a également été interpellé par la brigade ferroviaire.

La préfecture de police de Paris avait appelé à éviter le secteur Richard Lenoir (11e arrondissement). Le bouclage du quartier de la Bastille a été levé, mais est encore en vigueur dans le 11e arrondissement. La rue Nicolas Appert, où se trouvaient les locaux du journal satirique Charlie Hebdo, est bloquée, avec une dizaine de policiers déployés sur place.

Une cellule de crise a été ouverte au ministère de l'Intérieur. Le ministre Gérald Darmanin et le Premier ministre Jean Castex se sont ensuite rendu sur le lieu de l'attaque. Le Premier ministre y a affirmé sa "volonté résolue par tous les moyens de lutter contre le terrorisme".

Cette attaque est survenue "dans un lieu symbolique et au moment même où se déroule le procès des auteurs des actes indignes contre Charlie Hebdo", a souligné le chef du gouvernement. "C'est l'occasion pour le gouvernement de la République de rappeler son attachement indéfectible à la liberté de la presse, sa volonté résolue par tous les moyens de lutter contre le terrorisme", a-t-il ajouté.

Jean Castex a également rassuré concernant l'état des deux victimes : "Leurs vies ne sont pas en danger, dieu merci".

Le parquet national antiterroriste (Pnat) a été saisi. L'enquête de flagrance est ouverte pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Des milliers d'élèves confinés

"Des milliers d'élèves", de la crèche au lycée, ont été confinés par précaution dans trois arrondissements du centre de Paris après l'attaque à l'arme blanche qui a fait au moins deux blessés près des anciens locaux du journal Charlie Hebdo, a indiqué le maire de Paris Centre Ariel Weil.

"Cinq écoles du XIe arrondissement et toutes les écoles des 3e et 4e arrondissements ont été confinées. Ça représente des milliers d'élèves, de la crèche au lycée. On se met en sécurité. On est en train de fermer les équipements municipaux et les gymnases aussi", a ajouté M. Weil.

"Il ne faut pas aller chercher des enfants à l'école, les écoles sont bouclées, donc ils sont en sécurité", a précisé sur BFMTV le maire du XIe arrondissement, François Vauglin.

"On est en train de mettre en place une cellule de soutien psychologique pour la population" dans la mairie, a-t-il aussi annoncé. "Nos quartiers sont maintenant bien protégés avec un dispositif de sécurité qui est très efficace", a ajouté M. Vauglin.

A 15h, la Préfecture de police annonçait que les parents des établissements scolaires des 11e, 3e et 4e arrondissements pouvaient désormais venir chercher leurs enfants :

Les réactions ne se sont pas fait attendre

Ancien employé de Charlie Hebdo au moment de l'attaque du 7 janvier 2015, Laurent Léger a communiqué son soutien sur Twitter : "Soutien et pensées plus qu'emues devant l'épreuve traversée par nos mis et anciens voisins de palier  Premières lignes @PLTVfilms la folie humaine continue de frapper jour après jour @LucHermann @PaulMoreiraPLTV "

Dans l'après-midi, le journal Charlie Hebdo a également exrimé sa solidarité :  

"Toute l'équipe de Charlie apporte son soutien et sa solidarité à ses anciens voisins et confrères

@PLTVfilms et aux personnes touchées par cette odieuse attaque."

Plus tôt, Valérie Pécresse, présidente (Libres!) de la région Ile-de-France, s'est dit "Extrêmement choquée par l’attaque meurtrière à proximité des anciens locaux de Charlie Hebdo, dans un arrondissement de Paris qui a déjà payé un lourd tribut à la violence terroriste. J’apporte tout mon soutien aux forces de l’ordre qui traquent en ce moment l’auteur des faits !"

Julien Bayou, secrétaire national d'EELV s'est aussi exprimé sur Twitter : "L'horreur frappe à nouveau en plein Paris, non loin des anciens locaux de Charlie Hebdo. Solidaire avec les victimes et plein soutien aux forces de l'ordre pour retrouver les agresseurs."

Eric Ciotti, député LR: "Attaque au couteau devant les locaux de Charlie Hebdo... Pensée pour les victimes, leurs proches, les riverains et nos forces de l’ordre et de secours mobilisées."

Il y a quelques jours, la DRH de Charlie Hebdo avait révélée avoir été exfiltrée de son appartement après avoir reçu des menaces considérées extrêmement sérieuses par les forces de polices chargées de la protéger.

Pour l'heure, néanmoins, le lien entre les attentats qui ont touché Charlie Hebdo en janvier 2015 et les faits, n'est pas avéré, même si tout laisse à penser qu'il s'agit d'une attaque terroriste.

(Avec AFP)