Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Attaque près de Charlie Hebdo : l’assaillant voulait brûler les locaux

29 septembre 2020 à 16h15 Par Maud Tambellini
Crédit photo : pixabay

L’assaillant avait repéré les lieux et voulait incendier ce qu’il croyait être encore les locaux de Charlie Hebdo. Il a finalement blessé deux personnes au hachoir dans la rue. L’une des victimes reste dans un état grave.

« Son projet initial était d’entrer dans les anciens locaux de Charlie Hebdo, si nécessaire à l’aide d’un marteau, et de les incendier grâce aux bouteilles de white spirit ». Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a tenu un point presse ce mardi après-midi.

Il a confirmé que l’auteur présumé de l’attaque avait menti sur son identité. Il s’appelle au final Zaheer Hassan Mahmoud et a 25 ans. Au départ, il prétendait être un jeune Pakistanais de 18 ans. Néanmoins, il n’était pas connu des services de renseignement.

L’homme a prémédité son attaque, en passant devant les anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris plusieurs fois les jours précédents. Il a acheté le matin-même, vendredi 25 septembre, le hachoir ainsi qu’un marteau et des bouteilles de white spirit. Mais en arrivant rue Nicolas Appert, il a croisé dans la rue deux employés de l’agence de presse Premières lignes, pensant qu’il s’agissait de salariés de Charlie Hebdo.

Il a alors décidé de les attaquer en leur assénant plusieurs coups de hachoir, notamment à la tête, avant de prendre la fuite dans le métro.

Un homme et une femme ont été blessés. L’homme reste hospitalisé dans un état grave.

L’assaillant semble avoir regardé en amont de nombreuses vidéos du parti islamiste radical pakistanais Tehreek-e-Labbaik Pakistan. Ces dernières abordaient largement la republication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet.

L’auteur présumé de l’attaque va être présenté à un juge d’instruction en vue de sa mise en examen pour « tentative d’assassinats terroristes » et « association de malfaiteurs terroristes ». Toutes les autres gardes à vue ont été levées.