Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Musique

Bigflo et Oli : leurs confidences sur leur enfance pas tous les jours facile

26 juillet 2018 à 12h15 Par Aurélie Amcn
Crédit photo : Bigflo & Oli

Bigflo et Oli ne viennent pas d’un milieu aisé. Bien au contraire. Dans leur enfance, les deux frères toulousains ont vécu des périodes difficiles. Ils racontent.

Les deux frères toulousains Bigflo et Oli rencontrent un large succès auprès du public français. Leurs tubes Dommage, Alors Alors ou encore Papa résonnent en boucle dans nos oreilles. Florian et Olivio Ordonez, de leurs vrais noms, sont aussi très populaires sur les réseaux sociaux où ils partagent régulièrement leur quotidien avec leur communauté de fans. Mais si aujourd’hui, ils ont tout pour être heureux, cela n’a pas toujours été le cas. 

Dans leur enfance, ils ont connu quelques difficultés. C’est au magazine Gala que les rappeurs de 25 ans et 22 ans ont accepté d’évoquer leur enfance pas toute dorée. « On ne vient ni d’une cité, ni d’un quartier chaud, ni d’un centre-ville », expliquent-ils, avant de préciser avoir grandi dans une zone pavillonnaire de Toulouse. Ils n’ont pas vécu dans la « misère » mais ils estiment appartenir à la « classe moyenne moins ». 

En résumé, s’ils n’ont certes manqué de rien, ils n’ont vraiment pas roulé sur l’or, devant parfois faire des sacrifices et se priver de certains petits plaisirs : « Disons que quand on était petits, au lieu de porter des Nike ou des Adidas, on avait les chaussures Produits Bleus de Décathlon (…). Nos parents avaient vraiment des problèmes d’argent. Quand il y avait une bouteille de Coca à la maison, c’était un événement et notre père disait : ‘’Regardez, c’est de la marque !’’ ». 

Sachant d’où ils viennent, aujourd’hui, Bigflo et Oli n’hésitent alors pas à venir en aide aux plus démunis. Régulièrement, ils organisent des concerts au profit du Secours Populaire. En avril dernier, ils ont ainsi reversé l’intégralité des recettes de leur concert au Zénith de Toulouse, soit plus 100 000 euros, à l’association. Une somme qui s’est ajoutée aux 30 000 euros récoltés lors d’un précédent concert, au Bikini, quelques mois plus tôt. De très beaux gestes de générosité régulièrement salués par leurs fans et par les médias.