Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Blocage des universités : Tolbiac, Nanterre et maintenant Science Po

18 avril 2018 à 10h24 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

Le mouvement de colère des étudiants face à la loi Vidal sur l’accès à l’université continue en Ile-de-France. Le blocage a été reconduit à Nanterre, il se poursuit à Tolbiac et débute à Science Po Paris.

La mobilisation se poursuit dans les universités sans pour autant s’étendre. 13 universités sont plus ou moins perturbées partout en France, dont certaines en région parisienne. Parmi celles bloquées, la dernière en date à rejoindre le mouvement de protestation contre la loi Vidal : Sciences Po Paris.

Depuis mardi soir, « le bâtiment principal de l’école est occupé pacifiquement et de manière reconductible, une décision prise à l’issue d’une Assemblée Générale des étudiants mobilisés », selon un communiqué transmis dans la nuit de mardi à mercredi par l’AG. « Occuper Sciences Po est fortement symbolique : en tant que fac où a étudié Emmanuel Macron et de nombreux membres de sa majorité parlementaire », souligne le communiqué.

« La violence, la drogue, le sexe même […] il se passe des choses qui sont indignes ». Le président de l’université parisienne Panthéon-Sorbonne, Georges Haddad, n’a pas mâché pas ses mots mardi, alors que le site de Tolbiac est toujours bloqué. Occupé depuis le 26 mars, le président affirme « attendre désespérément que le centre soit évacué » par les forces de l’ordre. Le tribunal administratif doit par ailleurs statuer ce mercredi matin sur un recours déposé lundi par le syndicat étudiant UNI, classé à droite, visant la préfecture de police pour une évacuation des lieux et la reprise des cours.

À Nanterre (Hauts-de-Seine), autre lieu symbolique d’où était parti la contestation en mai 68, 1.600 personnes réunies en assemblée générale ont voté en masse la reconduction du mouvement et des blocages jusqu’à jeudi. Les examens qui devaient avoir lieux mercredi et jeudi seront reportés, selon la direction de l’université, comme cela a déjà été le cas lundi et mardi.