Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Divertissements

C'est la guerre entre Mel B et sa nourrice !

26 avril 2017 à 19h33 Par Rédaction

C'est un réel scandale qui touche la star Mel B, et qui fait rage outre manche. L'histoire passionne la presse people et attire les plus curieux.

Alors que la nourrice des enfants de Mel B était considérée comme une briseuse de ménage par la presse, la jeune Lorraine Gilles a enfin pris la parole.

Originaire d'Allemagne, la jolie blonde est accusée par la star des Spice Girls d'avoir entrainé le divorce dans son couple, et de l'avoir fait chanter dans le but de lui extorquer de l'argent.

Aujourd'hui, Lorraine Gilles, la nounou, raconte une version bien différente...

Sortie du silence, elle raconte sa vérité, et ça ne va pas plaire à Mel B. En effet, elle révèle qu'elle a eu une véritable liaison amoureuse durant plus de sept ans avec la star. Elle prétend s’être lais­sée séduire par l’in­ter­prète de "Wannabe", alors qu’elle n’était qu’une adoles­cente de 18 ans, « naïve et curieuse », qui venait d’ar­ri­ver à Los Angeles.

Selon elle, c'est Mel B qui lui aurait fait des avances en premier, en lui proposant un plan à trois avec... son mari, Stephen Belafonte. Une version que l'ex star des Spice Girls dément formellement.

Lorraine Gilles explique égale­ment qu’elle est très vite tombée sous le charme de Mel B. « Elle m’a cour­ti­sée avec de l’al­cool, de la célé­brité, et du sexe décom­plexé », raconte t-elle aujourd'hui. Elle évoque aussi toute l’ad­mi­ra­tion qu’elle avait pour la star: « Elle m’ap­pre­nait plein de choses, sur la sexua­lité, sur l’édu­ca­tion des enfants, et sur le busi­ness… Tout en m’em­me­nant en voyage tout autour du monde. »

Selon un article paru dans The Sun, Mel B était proche de sa nour­rice. La chanteuse aurait appré­cié la jeunesse, l’ap­pa­rence et la nature géné­reuse de Lorraine Gille. Elle l'a traînait comme sa meilleure amie et son amante, et lui faisait suffi­sam­ment confiance pour la lais­ser s’oc­cu­per de ses enfants pendant plus de sept ans.

Alors qui dit vrai ? Une chose est certaine, l'affaire est maintenant dans les mains de la justice.