Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Covid : pourquoi la situation est préoccupante dans les hôpitaux franciliens

15 octobre 2020 à 16h15 Par Maud Tambellini
plus qu'une deuxième vague, en Île-de-France, les hôpitaux craignent un raz-de-marée
Crédit photo : pixabay

Les hôpitaux franciliens ont reçu ordre de déprogrammer jusqu’à 30% des opérations non-urgentes pour laisser place aux malades du Covid. Car les prévisions pour les 15 prochains jours sont alarmantes.

Le chef de l’Etat a décidé d’instaurer un couvre-feu de 21h à 6h du matin sur l’ensemble de l’Île-de-France à compter de samedi minuit. Mais les premiers effets de cette mesure sur les indicateurs de l’épidémie ne devraient se ressentir que dans « 15 jours à trois semaines » d’après le directeur de l’agence régionale de santé d’IDF Aurélien Rousseau.

En attendant, « on sait que d’ici 15 jours, on aura 800 à 1 000 patients en plus en réanimation dans les hôpitaux de la région » a-t-il ajouté. Car les indicateurs de l’épidémie de coronavirus se sont subitement dégradés. Pour exemple, mercredi dernier, 3000 nouveaux cas positifs à la Covid-19 ont été détectés en Île-de-France. Samedi 10 octobre, ils étaient 6 000.

Pour bien comprendre pourquoi la situation est préoccupante et pourquoi les hôpitaux se voient obligés de déprogrammer jusqu’à 30% opérations dans la région ; actuellement 531 malades de la covid sont soignés en réanimation sur les 1 200 lits disponibles. C’est 46% des lits à disposition. Si on ajoute les 800 à 1 000 patients en plus qu’envisage Aurélien Rousseau dans les deux prochaines semaines, alors les 100% de capacité seront dépassés.

D’autant qu’il y a des disparités selon les départements franciliens. Les hôpitaux de Seine-Saint-Denis disposent de 100 lits de réanimation. 75 sont déjà actuellement occupés par des malades de la Covid-19.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a fait savoir ce jeudi que 750 infirmières et aides-soignantes ont reçu en Île-de-France une formation pratique ces derniers mois pour renforcer, si besoin, les services de réanimation dans les prochaines semaines.