Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Discothèques : un été sans danser ?

22 juin 2020 à 09h17 Par Iris Mazzacurati
Les foires, expositions, salons, discothèques et croisières maritimes internationales restent fermé jusqu'à septembre, au moins.
Crédit photo : Pixabay

Les discothèques ne sont pas autorisées à rouvrir avant septembre à cause de la pandémie de Covid-19. Elles menacent d'un recours au Conseil d'Etat.

Matignon a annoncé ce week-end une accélération du déconfinement avec la réouverture aujourd’hui des cinémas, centres de vacances, casinos ou salles de jeux et, à partir du 11 juillet, celle des stades avec un nombre maximal de 5.000 spectateurs. En revanche, les foires, expositions, salons, discothèques et croisières maritimes internationales restent fermé jusqu'à septembre, au moins.

Le maintien de la fermeture des discothèques pendant l'été a été décidé au cours d'un Conseil de défense et de sécurité nationale vendredi. Le ministre de la Santé Olivier Véran a noté que les indicateurs de suivi de l'épidémie "restent globalement bien orientés" mais estimé que "la vigilance reste toutefois forte".

Les décisions prises en France s’inspirent fortement de l’évolution de l’épidémie dans les pays qui ont traversé la crise sanitaire quelques semaines avant nous. Le 10 mai, la municipalité de Séoul avait ordonné la fermeture des bars et discothèques de la capitale sud-coréenne en raison de l'apparition d'un nouveau foyer de contamination au Covid-19. Plusieurs cas de contamination avaient notamment été reliés à un homme ayant fréquenté plusieurs clubs et bars d'un quartier branché de Séoul. 

"La nuit doit revoir le jour"

"Le gouvernement signe l'arrêt de mort des discothèques", a estimé samedi l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), une des organisations patronales des 1500 discothèques françaises.

"On devait nous annoncer une date de réouverture pour l'été avec des protocoles de sécurité et nous n'avons rien eu, c'est incompréhensible, ce n'est pas plus dangereux d'aller danser que d'aller au cinéma, de prendre l'avion ou le train", a déclaré à l'AFP Laurent Lutse, président à l'UMIH de la branche cafés, brasseries et établissements de nuit.

Selon lui, des "fêtes sauvages" et des soirées privées "où l'alcool coule à flots" se "multiplient" via la location de propriétés transformées en "lieux culturels éphémères", sans aucun encadrement lié au Covid ni à la consommation de drogue ou d'alcool, alors que les discothèques qui disposent de "professionnels formés" pour gérer les débordements sur la voie publique sont "à l'agonie".

"Il s'agit d'une concurrence déloyale", a ajouté M. Lutse. "Si la décision du Premier ministre était entérinée par un décret d'application, l'UMIH pourrait attaquer le décret dès sa parution devant le Conseil d'Etat", précise l'organisation patronale dans un communiqué.

Le Syndicat national des discothèques et lieux de loisirs (SNDLL) s'est lui aussi dit "préparé à attaquer devant le conseil d'Etat le texte qui entérine la nouvelle situation", tout en demandant "des mesures financières urgentes pour aider le seul secteur commercial ainsi mis au banc de l'économie marchande".

Les discothèques emploient 43.000 salariés en France et environ 100.000 en incluant les employés de sociétés extérieures assurant la sécurité notamment. Elles réalisent un chiffre d'affaires estimé à un milliard d'euros.