Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Rédaction

Essence : Premières galères aux pompes d'Ile-de-France

30 mai 2017 à 16h15 Par Rédaction

La grève des conducteurs de camion-citerne se poursuit et fait planer la menace d'une pénurie de carburant. Huit stations-services franciliennes sur 10 seraient menacées de rupture, selon la CGT. Déjà, certains automobilistes s'organisent dans la région.

Les automobilistes franciliens vont-ils se retrouver à sec ? Les conducteurs de camion-citerne sont toujours en grève ce mardi. Un mouvement entamé vendredi dernier, en plein week-end prolongé de l’Ascension. Ce lundi, au moins 6 dépôts franciliens sur 9 étaient perturbés. La raffinerie seine-et-marnaise de Grandpuits a également été bloquée. La CGT assure que huit stations-services franciliennes sur 10 seraient menacées de rupture. Un discours tempéré par l’union des industries pétrolières, pour qui il n’y aura pas de cuves vides à terme. Ce mardi matin, quelques stations franciliennes qui étaient à sec ont été réapprovisionnées.

Certains automobilistes franciliens anticipent

La surprise a donc été totale pour quelques uns au volant dès ce lundi. Certaines pompes étaient déjà à sec ! Conséquence, les files d’attentes de voitures s’allongent doucement dans la région. « Je ne savais pas qu’il y avait une grève, mais je vais faire le plein comme d’habitude », réagit Sofiane, déménageur que nous avons croisé dans une station service du sud-est la capitale, proche de la place d’Italie. « Avec mon utilitaire, si je n’ai pas d’essence, je ne peux pas travailler. Donc je n’ai pas le choix ». David s’apprête lui à partir en vacances et en est à sa première station : « Ici, il y a l’air d’avoir de l’essence. Je n’avais pas vu que c’était hors service. On va voir, mais il n’y a pas de stress ». Axel, lui aussi, est resté assez calme face à la situation et va « juste faire le plein. S’il n’y a plus de carburant, on prendra les transports en commun ». Une galère qui rappelle celle vécue l’année dernière. Luis, chauffeur VTC, s’en souvient puisqu’il avait été bloqué « à la même station. C’est sûrement pour cela que les gens anticipent aujourd’hui ».

Comment éviter la galère ?

Files d’attentes interminables devant les stations-services de la région, prix qui flambent… En mai 2016 déjà donc, remplir son réservoir était très compliqué en Ile-de-France. L’an dernier, les raffineries de la région étaient notamment bloquées, sur fond de contestation contre la Loi Travail. Si pour le moment la situation n’est pas comparable, la crainte de la panne sèche refait surface. Plusieurs sites et applications mobiles existent (comme mon-essence.fr) pour savoir si la station service près de chez vous est encore pleine. De quoi éviter de tourner en rond pour remplir son réservoir.