Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Essonne : deux nécropoles vieilles de plus de 3 000 ans découvertes

23 avril 2021 à 13h50 Par Lucas Pierre
Les archéologues ont également fait la découverte d'un objet très rare pour cette partie de la France.
Crédit photo : CC0

Des archéologues ont mis au jour deux grandes nécropoles lors de fouilles préventives sur le futur chantier de la ZAC Val Vert-Croix-Blanche, au Plessis-Pâté, en Essonne. 42 sépultures ont été découvertes.

Entre le 15 février et le 5 mars 2021, des fouilles ont été réalisées sur le futur chantier de la ZAC Val Vert-Croix-Blanche, au Plessis-Pâté (Essonne). Menées de façon préventive, proche de la zone commerciale Croix-Blanche, à Sainte-Geneviève-des-Bois, les fouilles ont permis de découvrir deux nécropoles, un véritable trésor historique.

Ces nécropoles ne sont pas toutes neuves : elles dateraient de l’âge du bronze moyen qui s’étend de 1 500 à 1 300 avant Jésus-Christ. Au total, 42 tombes ont été découvertes. Une découverte qui présente « un réel intérêt » pour Yannick Prouin auprès du quotidien Le Parisien. « Nous disposons de peu d’éléments sur cette période de l’histoire en Île-de-France, et encore moins sur leur rite funéraire », ajoute l’archéo-anthropologue pour Eveha, le bureau d’études privé qui a dirigé les recherches.

Une découverte rarissime

Au-delà des 42 sépultures mises au jour par les archéologues dans les deux nécropoles, un objet très rare pour la région a été découvert. Au centre d’une des nécropoles, les archéologues sont tombés sur un bûcher funéraire. « C’est la deuxième fois qu’on en découvre un dans la région », explique Yannick Prouin.

Si toutes les fouilles sont bel et bien terminées, ce n’est pas le cas du travail des archéologues autour des deux nécropoles. Deux ans de recherche les attendent désormais, notamment pour vérifier que les objets sont bien tous de la même période, de « connaître le nombre de personnes incinérées sur place, mais aussi les principales pathologies et maladies qu’elles avaient » selon Yannick Prouin.