Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Grève : les coursiers à vélo se rebiffent en Ile-de-France

09 juillet 2018 à 10h34 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Flickr

Ils estiment ne pas être correctement payé et considéré. Ils appellent les clients de plusieurs plateformes de commande en ligne à boycotter le service jusqu’à dimanche.

À la diète. Les coursiers à vélo de plusieurs plateformes de livraison de repas à domicile (Foodora, Deliveroo, Uber Eats) sont en grève jusqu'au 15 juillet. Un collectif réclame notamment une rémunération minimale horaire et de meilleures conditions de travail. Ils appellent également les clients des plateformes concernées à ne pas commander de repas pour les soutenir, en pleine coupe du monde de Football.

Dimanche en fin d'après-midi, les coursiers à vélo étaient invités à se rassembler place de la République, à Paris. Un mouvement qui intervient alors que le projet de loi "avenir professionnel" doit être examiné par le Sénat cette semaine. Un amendement soutenu par le gouvernement centralise la grogne des livreurs.

"Nous avons vu nos rémunérations diminuer et les distances de livraison augmenter"

Il n’encadre pas les droits et les obligations de ces plateformes dans l’emploi des salariés. Aucun cadre juridique et aucun lien de subordination ne sont prévus, ce qui en clair permet d’employer un livreur a vélo à la course et non en contrat avec un salaire minimum fixe.

"Il est désormais indispensable de renverser le rapport de force", explique le Clap, le collectif des livreurs parisiens, sur Twitter. "Depuis plusieurs mois, nous avons vu nos rémunérations diminuer et les distances de livraison augmenter", écrit le collectif.