Info locale

Canicule en Île-de-France : les astuces pour survivre dans les transports en commun

18 juin 2019 à 09h55 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Common Wikimédia

La chaleur est de retour en l’Île-de-France. C’est une bonne nouvelle pour les sorties, moins quand on doit rejoindre ses amis en RER ou en métro. Voici quelques bons conseils pour survivre à vos trajets.

Mode survie activé. Que l’on vive en région parisienne depuis 18 mois ou 30 ans, on le sait bien : en été, prendre les transports en commun est une plaie. Ça pue, ça colle et il fait une chaleur d’ours. Pour ceux fraîchement débarqués ou pas habitués, voici les bonnes astuces pour vous en sortir par des températures caniculaires.

Éviter la ligne 13 du métro

Faites un détour, faites douze changements, prenez le bus, un tricycle ou finissez à pied. Bref, tout mais pas la ligne 13, aussi connue sous le pseudonyme de ligne des enfers.

Bien choisir sa place dans la rame

À l’instant même ou votre corps pénètre dans un wagon, votre seule préoccupation est de trouver une place assise. Erreur, car en heures de pointe c’est l’enfer. Pour avoir un léger filet d’air (le seul) de la rame, le meilleur endroit est dans le petit couloir entre les sièges par quatre. En plus il y a généralement moins de monde à cet endroit-là.

Il faut bien s’hydrater pour éviter le malaise

On ne le répètera jamais assez : buvez de l’eau ! Lorsqu’il fait chaud, il ne faut surtout pas oublier cette étape importante qui permet à la fois de nous rafraîchir, mais aussi et surtout de rester en vie. Ayez toujours une petite bouteile d'eau sur vous !

L’éventail tu n’oublieras pas

Il ne faut jamais le négliger en cas de grosse chaleur. C’est l’objet magique qui se plie dans un sac ou dans la poche pour les petits modèles. Peu importe, tant qu’il est à porter de main. Un petit ventilateur de poche fait tout aussi bien l’affaire.

Le déodorant devient l’accessoire le plus tendance de l’été

Il va s’en dire que nous n’avons pas tous le même rapport à l’hygiène en Île-de-France. Amateur des transports en commun, vous le savez mieux que personnes. Mais lorsque le mercure commence à chatouiller les 30 degrés, c’est autre chose qui nous chatouille les narines. Le déodorant devrait être autant obligatoire que le Navigo pour prendre le RER ou le métro en été. Par respect pour celui ou celle qui, pendant que l’on répare la signalisation, aura le nez dans votre aisselle pendant 45 minutes.