Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Île-de-France : les trains de banlieue ouverts à la concurrence dans 3 ans

05 février 2020 à 10h11 Par Mikaël Livret
La région Île-de-France souhaite ainsi faire baisser les coûts
Crédit photo : Common Wikimédia

C’est une annonce choc que fait Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, ce mercredi 5 février 2020 chez nos confrères du Parisien : l‘ouverture à la concurrence des trains de banlieue dès 2023 et des métros et RER avant 2030.

Il faut accélérer la mise en concurrence des trains en Île-de-France. La déclaration de Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France dans Le Parisien ce mercredi, ne passe pas inaperçue. Objectif : améliorer le service et baisser les coûts.

Dès ce mercredi, lors du conseil d’Île-de-France Mobilités qu’elle préside, une étude sera lancée pour déterminer quelles lignes seront ouvertes à la concurrence dans la région. Premiers concernés : les Transilien dans 3 ans, explique la patronne de la région.

« Légalement c’est 2023 pour les lignes Transilien », explique Valérie Pécresse dans Le Parisien. « Pour les autres, je souhaite qu’on accélère. La loi LOM a repoussé à 2039 l’ouverture à la concurrence des lignes de la RATP et à 2033 celles de RER. C’est trop tardif. J’ai clairement en tête les lignes R (Gare de Lyon-Montargis/Montereau) et J (Saint-Lazare-Gisors/Vernon), où on a besoin d’amélioration de services. Enfin pour les métros et RER, je souhaite avancer le processus de 10 ans ». 

L’ouverture à la concurrence des bus RATP est aussi prête, pour la fin 2024.