Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Journée Spéciale 93 – Interview de Rabia Enckell, fondatrice de Courtoisie Urbaine

23 février 2017 à 11h07 Par Rédaction

Dans le cadre de la Journée Spéciale Saint-Denis, visant à mettre en lumière le département de manière positive après les récentes tensions dû à l'arrestation violente de Théo, les journalistes de la rédaction sont allés à la rencontre des personnalités importantes du 93.

Zoom sur Rabia Enckell, fondatrice de Courtoisie Urbaine, et qui se mobilise au quotidien pour montrer un Saint-Denis positif.

Rabia Enckell est une jeune francilienne d’adoption qui gère maintenant un habitat participatif à St Denis et le moins que l’on puisse dire, c’est que le 93 elle l’aime !

Alors quelle image avez-vous du 93 ?

« Personnellement j’en ai une image paisible. C’est vrai c’est un territoire parfois violent, dès qu’il y a violence on en parle et c’est le seul coté qu’on présente. Il ne faut pas trop leur taper dessus, déjà qu’on ne les aide pas vraiment. Mais vraiment je le dis avec mon cœur avec des mots très simples parfois il faut leur foutre la paix, ils s’en sortent bien comme ça ! »

 

En deux mots, comment qualifieriez-vous la Seine St Denis ?

« La solidarité, le lien social, en fait être concerné. Il y a de nombreuses réussites, certaines de plus de 15 ans comme la coopérative d’achat. Par contre, les institutionnels sont juste en appui. »

 

Pour Rabia le 93, ce n’est pas que la violence et la misère :

« Il y a moyen de rencontrer l’autre côté qui permet aussi d’aider la partie qui galère. Moi je pense que le problème et la tension qui revient de plus en plus c’est avec les nouveaux arrivants. C’est un territoire qui est assez ouvert donc il n’y a pas de problème, il ne faut pas croire qu’on arrive comme ça, il faut accompagner tous ces nouveaux foyers, pour éviter les fuites scolaires, transmettre les clés et donner envie. »