Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

L'IGPN saisie après des propos racistes de policiers en Seine-Saint-Denis

27 avril 2020 à 14h11 Par Etienne Escuer
Image d'illustration. L'IGPN est saisie après une interpellation au cours de laquelle des propos racistes ont été proférés.
Crédit photo : Rédaction / Etienne Escuer

La police des polices, l’IGPN, a été saisie après une interpellation en banlieue parisienne ce week-end, où des policiers ont proféré des propos racistes.

Une enquête judiciaire va être confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) concernant des propos racistes proférés lors d'une interpellation policière en Seine-Saint-Denis dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué lundi 27 avril le parquet de Nanterre. L'IGPN a également été saisie d'une enquête administrative par la préfecture de police de Paris, sur les mêmes faits. 

« Le racisme n'a pas sa place dans la police républicaine », selon Christophe Castaner

 

« Les propos que l'on entend sur cette vidéo, s'ils sont bien effectivement le fait de policiers, ne sont pas acceptables et révèlent une attitude qui manque de professionnalisme et risque de jeter le discrédit sur l'action de la police », a notamment confié la procureure de la République de Nanterre, Catherine Denis. Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a lui réagi sur Twitter, parlant « d'une indignation légitime » et promettant de faire toute la lumière sur cette affaire. « Le racisme n'a pas sa place dans la police républicaine », a-t-il ajouté.

Des policiers ont interpellé à l'Île-Saint-Denis un homme soupçonné de vol de matériel sur un chantier de la commune voisine d'Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) avec deux complices. Cherchant à fuir les policiers, l'homme s'est jeté dans la Seine, selon une source proche de l'enquête. « Un bicot comme ça, ça nage pas », entend-on dans une vidéo des faits diffusée sur Twitter par le journaliste Taha Bouhafs. « Haha ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied », est-il ajouté. Sur d'autres images, on entend les policiers rire et des bruits sourds venant du fourgon policier où l'interpellé, qui paraît crier, a été placé. Le terme "bicot" est notamment utilisé pour désigner une personne originaire du Maghreb, de manière raciste.

L'homme, dont l'identité est incertaine, serait âgé de 27 ans et de nationalité égyptienne. Un temps à l'hôpital à la suite de sa chute dans la Seine, il a été placé en garde à vue pour vol par effraction et en réunion. Frappé d'une obligation de quitter le territoire, l'enquête a été classée sans suite, a précisé le parquet. Les policiers font partie des effectifs de nuit de la Direction territoriale de la sécurité publique des Hauts-de-Seine, selon une source proche de l'enquête.

(Avec AFP)