Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

L’opération escargot des buralistes à Paris et en banlieue

04 octobre 2017 à 10h30 Par Mikaël Livret
Crédit photo : DR

Les buralistes en colère contre la hausse du paquet de cigarettes à 10€ d'ici à 2020 et la contrebande. Rassemblés dans un premier temps à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), plusieurs dizaines de véhicules ont ensuite pris le périphérique en opération escargot. Une nouvelle manifestation partira cet après-midi du ministère de la santé vers l’assemblée nationale.

La colère est de plus en plus forte dans les rangs des buralistes. Elle monte en puissance depuis cet été et l'annonce par le gouvernement d'Édouard Philippe d'une hausse des prix du tabac jusqu'à 10 euros le paquet en 2020. Après avoir bâché des radars en signe de protestation en juillet, ils ont décidé de lancer ce mercredi matin une opération escargot sur le périphérique parisien, occasionnant des bouchons entre 7h30 et 9h30 sur la chaussée intérieur (entre Bercy et Quai d’Issy). Elle sera suivie d'une manifestation qui partira à 13 heures du ministère de la Santé pour se rendre à l'Assemblée nationale. Les buralistes devraient déverser 1,2T de carottes en signe de protestation.

Un euros de plus dès la fin du mois de novembre

Les buralistes protestent contre la hausse du prix du paquet de cigarettes qui doit atteindre 10 euros d'ici 2020. Ils réclament un "plan Marshall" pour la profession. Selon eux 5.000 buralistes sont menacés. Cet appel au rassemblement a été lancé à l'échelle nationale par la Confédération des buralistes suite à la publication au Journal officiel d'un arrêté augmentant la fiscalité sur les paquets de cigarettes et de tabac à rouler les moins chers. Conséquence : le prix du paquet devrait augmenter «de l'ordre d'un euro pour certaines références» et ce, «dès la fin de ce mois de novembre», assure la Confédération des buralistes dans un communiqué.

« La contrebande tue les buralistes »

À terme, avec le paquet à 10 euros, ce sont 5.000 buralistes qui risquent de fermer. Ce sont plus d'un paquet sur deux qui seront achetés aux frontières, sur Internet ou dans la rue!», prévient Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes, dans le communiqué.

En Ile-de-France, Bernard Gasq président de la fédération des buralistes franciliens veut aussi dénoncer "la contrebande de cigarettes qui tue les buralistes". Il réclame une traçabilité des paquets de cigarettes. Dans notre région, "une trentaine de buralistes devraient mettre la clé sous la porte cette année 2017". Il rappelle aussi que "les buralistes c'est 100.000 emplois directs".