Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

La chaleur s'installe avec ses conséquences en Ile de France

16 juin 2017 à 11h48 Par Rédaction

Dès ce w-e et pour au moins une semaine, le mercure ne devrait pas redescendre sous les 30 degrés en Ile de France. Une vague de chaleur qui devrait avoir quelques conséquences sur les niveaux d'eau mais qui augure un été plutôt chaud.

On l’attend comme chaque année avec impatience : le 21 juin et sa petite musique de l’été. Arrivant paré de bleu, le ciel ensoleillé va durer quelques jours encore sur la région parisienne. On attend par exemple 31 degrés lundi 19 juin à Pairs, au moins 36 degrés mardi après-midi à Provins, 35° à Clamart ou 34° à Poissy. Surtout l’ambiance aura bien du mal à se rafraichir la nuit, les températures resteront supérieures à 20 degrés la plupart du temps.

L’Ile de France en vigilance sècheresse, le Val d’Oise en alerte

Face aux faibles pluies de ces derniers mois et aux fortes températures de ces derniers jours, les services de l’Etat sont préoccupés. Dans le Val d’Oise où la situation se complique, le préfet, Jean-Yves Latournerie, a pris un arrêté préfectoral de restriction des usages de l’eau, ce jeudi. 47 communes sont concernées par la sècheresse pour le secteur entre Luzarches et Gonesse où le seuil d’alerte des débits de rivière a été franchi. 75 communes de l’Ouest du département sont aussi placées sous surveillance et ne feront l’objet pour l’instant que de "campagnes de sensibilisation" et "d’appel au comportement citoyen".

Les agriculteurs, comme les particuliers, les collectivités et les activités commerciales et industrielles sont touchées par ces restrictions d’eau. Pour l’instant, l’irrigation des grandes cultures n’est interdite qu’entre 10 heures et 18 heures.

Pour les particuliers, seuls le lavage des véhicules chez soi et le remplissage des piscines privées sont strictement interdits. Tout comme le remplissage, la vidange et le maintien en eau des plans d’eau, ainsi que l’alimentation des fontaines publiques en circuit ouvert. L’arrosage des pelouses, privées ou publiques, n’est pour l’instant interdit qu’entre 10 heures et 20 heures. Le lavage des voies, trottoirs et terrasses est limité au strict nécessaire.

Les stations d’épuration et collecteurs pluviaux feront, quant à eux, l’objet d’une surveillance accrue des rejets, qui pourront être décalés jusqu’au retour d’un débit plus élevé dans les cours d’eau.

On ne parle pas encore de canicule, mais…

A quelques jours de l’arrivée de l’été sur le calendrier, les températures sont déjà très chaudes et estivales. S’il est trop tôt pour affirmer une future canicule, cet épisode de forte chaleur constitue un indicateur fiable qui annonce un été plutôt chaud, selon les prévisionnistes. La situation, à date comparable, ressemble à celle connue en 2003, année d’une canicule sans précédente.

De son côté, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a demandé aux mairies de faire un "recensement" des lieux où les personnes vulnérables pourraient aller se rafraîchir lors de fortes chaleurs, comme les bibliothèques auxquelles on ne pense jamais. Le ministère de la santé qui avait aussi tenu, il y a quelques jours, à rappeler les bons gestes en cas d’épisode de fortes chaleurs.