Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

La galère conforme aux prévisions dans les transports en Ile-de-France

03 avril 2018 à 09h27 Par Mikaël Livret
Crédit photo : PxHere

Pas de surprise, les trains sont une denrée rare ce mardi en banlieue parisienne. Et même une fois le saint graal trouvé, il faut pouvoir monter dedans.. On fait le point.

À peine de retour d’un week-end prolongé et déjà la galère ! La grève perlée à la SNCF a débuté lundi soir à 19h, mais c’est bien depuis ce mardi matin que les difficultés se font sentir. Difficultés conformes aux prévisions dit la SNCF.

Dans le détail, c’est compliqué voir impossible par endroit de circuler en banlieue ce mardi matin. Aucun train sur les ligne R et U des Transilien, comme sur les branches Coulommiers, Provins, la Ferté Milon (Ligne P) ou entre Pontoise et Saint-Quentin-en-Yvelines (RER C). Seul le trafic dans Paris est quasi normal.

60% des français trouvent ce mouvement injustifié

C’est si compliqué que, ce matin à Fontainebleau (Seine-et-Marne), la police a été appelée en renfort pour faire descendre les usagers des cars. Interdiction de voyager debout. Seule solution pour les Franciliens restés à quai : rallier Melun en bus et prendre le RER D pour Paris. Le RER D où seulement 15% du trafic est assuré. Face à ces perturbations, selon un récent sondage IPSOS, plus de 60% des français trouvent ce mouvement injustifié.

Face aux trains supprimés, la SNCF ne manque pas d’idée. Elle a lancée en partenariat avec la Ville de Paris, Waze et Facebook un service de covoiturage bénévole : Autostop-Solidaire. Les usagers rentrent en relation sans intermédiaire. Sauf que sur la route la situation s’est très vite compliquée même si la pagaille a été évitée.