Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

La révolution des transports en Ile-de-France a un coût

07 septembre 2017 à 10h34 Par Mikaël Livret
Crédit photo : DR

Valérie Pécresse la présidente de région et d’Ile-de-France Mobilités (ex Stif), estime qu’il faudra trouver 300 millions d’euros supplémentaire chaque année dans le budget pour améliorer les transports. Un surcoût qui pourrait passer par une hausse des hausses de tarifs pour les usagers.

Elle la qualifie de «révolution». La présidente de région et d’Ile-de-France Mobilités (ex Stif), Valérie Pécresse, a fait le point sur la modernisation des transports en commun, l’un de ses principaux objectifs. Objectif qui aura un coût supplémentaire estimé à 300 millions d’euros chaque année. Pour compenser, le coût des transports pourrait augmenter pour les usagers, tout comme la contribution des entreprises de la région, le fameux « versement transport ».

L’élue est ainsi revenue longuement sur le sujet ce mercredi, évoquant les grands chantiers en cours et les nouvelles attentes des usagers. Entre les travaux sur les lignes et les infrastructures, ainsi que l’achat de matériel, la région doit investir 24 milliards d’euros d’ici à 2025.

Des améliorations pour les lignes actuelles et futures

«Aller plus loin, plus fréquemment, plus longtemps» : c’est la promesse faite aux Franciliens. Pour la tenir, de nombreux chantiers sont en cours. Trois nouvelles lignes de tram : T9 (porte d’Ivry - Orly), T12 (Massy - Évry) et T13 (Saint-Cyr - Saint-Germain-en-Laye) sont attendues dès 2019. Du côté des prolongements, ils sont en cours pour les lignes de métro 14, 4, 12 et 11, qui atteindront la petite couronne entre 2019 et 2022. Ce sera aussi le cas, en 2019, pour le T3 (vers Asnières) et T4 (jusqu’à Montfermeil), et en 2022 pour le RER E (St-Lazare - la Défense).

Du matériel renouvelé

C’était un engagement de la première heure. Entre 2016 et 2021, IDF Mobilités a prévu l’achat ou la rénovation de 708 rames de son réseau ferré. 75 % d’entre eux sont déjà commandés, soit 530 trains, et 150 autres sont déjà en circulation. Par ailleurs, l’équipement en rames à deux niveaux du RER A vient d’être totalement achevé. Et à partir de décembre, sa grille horaire sera densifiée, tandis que la ligne va être peu à peu automatisée.

La sécurité sera améliorée

Près de 700 agents de sûreté supplémentaires sont en passe d’être recrutés, dont 40 agents de la sûreté ferroviaire. Vingt brigades cynophiles devraient également se relayer sur le terrain d’ici à la fin de l’année. Et 10 000 places de parking sécurisées doivent être créés en «Parc relais», d’ici à 2021. Enfin, la région planche toujours sur la création d’un centre unique de coordination des forces de sécurité (police, RATP, SNCF et Optile), à l’horizon 2019, pour plus d’efficacité.