Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Le violeur de la forêt de Sénart devant la justice

15 septembre 2020 à 11h49 Par Bertrand Loppin
49 viols ont été commis dans la forêt de Sénart entre 1995 et 2001.
Crédit photo : Pikist

Le procès du violeur présumé de la forêt de Sénart s’ouvre aujourd’hui, 15 septembre, devant la cour d‘assises d‘Evry. Cet homme âgé de 45 ans est suspecté d‘avoir commis une trentaine de viols entre 1995 et 2001. Ce dernier nie les faits.

C’est une affaire qui va peut-être connaître son épilogue alors que les faits ont été commis il y a deux décennies. Entre 1995 et 2001, pas moins de 49 viols ont été commis dans la forêt de Sénart. A partir d'aujourd’hui, un chauffeur de bus âgé de 45 ans est poursuivi pour 34 de ces viols.

A l’époque, les enquêteurs avaient constaté que le violeur utilisait toujours le même mode opératoire. Il circulait à scooter et simulait une panne lorsqu’il avait repéré sa victime. Si cette dernière s’approchait de lui, il se jetait sur elle, la violait et prenait la fuite. A chaque fois, les victimes étaient incapables d’identifier leur agresseur, ce dernier conservant son casque sur la tête. Des analyses de sang et de sperme avaient permis de déterminer qu’il s’agissait du même individu, mais il était impossible de l’identifier. L’enquête piétine. L’affaire est classée en 2005.

Mais, en 2014, les enquêteurs reprennent leurs investigations et utilisent une nouvelle technique qui permet de retrouver des proches de l'individu dont l'ADN est testé. Ils interpellent ainsi en 2015, un père de famille qui résidait à proximité de la forêt à l’époque les faits. Cette personne comparait ce mardi devant la cour d'assises d'Evry.

Pour autant, la lumière n’est pas encore faite sur ce fait divers. L’accusé a toujours nié les faits. Il encourt une peine de 20 ans de prison. Ces avocats contestent les expertises génétiques. Le procès doit durer quatre semaines. 20 ans après les faits, peu de femmes s’aventurent seules dans la forêt de Sénart. La peur de faire une mauvaise rencontre n’a pas disparu.