Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Les gardiens de prison prennent Jawad Bendaoud en otage de leurs revendications

24 janvier 2018 à 10h44 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

Juste après les attentats de novembre 2015 et l’assaut du RAID à St-Denis, il avait déclaré avoir «rendu service». 40 secondes d’interview sur une chaine info qui l’ont rendu célèbre et fait de lui la risée du web. Il doit être jugé à partir d’aujourd’hui, si les surveillants de la prison de Fresnes ne s’en mêlent pas.

Ils comptent bien se faire entendre. Ce matin, plusieurs dizaines de surveillants en colère de la prison de Fresnes, où est incarcéré Jawad Bendaoud, étaient mobilisés pour le 10e jour. Ils comptaient bloquer les entrée de la prison et empêcher le transfert du « logeur de Daseh » vers le tribunal à Paris dans l’après-midi.

Vers 8h30, les forces de l’ordre sont intervenues. L'accès principal réservé aux piétons du centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), a été dégagé. En revanche, celui pour les véhicules restait lui toujours bloqué, selon le journaliste de l'AFP.

Jawad Bendaoud est arrivé lundi à Fresnes, selon le secrétaire local de l'Ufap-Unsa Justice, Frédéric Godet. «Nous bloquons les extractions depuis 12 jours. Il n'y a pas de dispositif particulier pour ce détenu, qui est pour nous un détenu lambda», a-t-il déclaré. Il accuse dans le même temps le gouvernement de «faire de la surenchère» pour les «faire passer pour des méchants». Une décision «absolument pas acceptable», selon Nicole Belloubet.

D’autres prisons bloquées à nouveau ce mercredi

Ailleurs en Ile-de-France, les prisons de Fleury-Merogis (Essonne), Villepinte (Seine-Saint-Denis), où un surveillant à été agressé à coup de coude et coup de poing mardi selon un délégué local FO, de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne) et Réau (Seine-et-Marne) sont également bloquées.