Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Les transports franciliens touchés par le « Manspreading » ?

15 juin 2017 à 15h41 Par Rédaction

Le « Manspreading » désigne cette pratique qui consiste pour les hommes à écarter les cuisses par habitude dans les transports. Interdit depuis quelques jours à Madrid, ce phénomène commence à faire réagir en Ile-de-France.

Les hommes prennent-ils trop de place dans les transports en communs d’Ile-de-France ? La question commence doucement à faire réagir les franciliens. Et pour cause, la ville de Madrid a récemment décidé d’interdire le « Manspreading ». Cette pratique quasiment inconsciente des hommes, qui consiste à s’asseoir avec les jambes écartées dans les transports. Après la volonté de rebaptiser les « RER » en « Trains », le STIF ne semble pas parti pour se pencher sur le sujet du « Manspreading » dans la région capitale.

Une réalité dans les transports franciliens ?

En tout cas, le « manspreading » était inconnu de certain(e)s. « C’est la première fois que j’en entends parler », nous a confié Aurélie, francilienne de 28 ans. « Je n’ai jamais vu ça et ça ne me choque pas particulièrement. Tant que c’est une position normale et que l’on ne m’agresse pas. Ce qui me gêne, ce sont plutôt les regards et les gestes ». Pauline trouve normal de « s’asseoir comme on le veut. À l’inverse, on ne va pas me dire de ne pas croiser mes jambes. Donc je trouve ça ridicule ». Tous et toutes ne sont évidemment pas du même avis. Certaines associations se mobilisent même contre cette pratique. 

Faut-il l’interdire en Ile-de-France ?

Nous le disions, dans l’immédiat les franciliens pourront continuer à s’asseoir comme ils le veulent. Mehdi pense lui qu’une interdiction serait « inutile. Ce que je trouve choquant, c’est que les femmes trouvent ça bizarre. Ça ne devrait pas déranger ». Katia est du même avis : « si ça a été interdit à Madrid, c’est sûrement qu’il y a eu des plaintes et que c’était exagéré. Mais moi personnellement, je n’ai jamais eu affaire à des cas comme ça ». En tout cas l’année prochaine, le STIF devrait lancer une campagne pour lutter contre le harcèlement dans les transports.

Dans le métro madrilène, des affiches rappellent que le "Manspreading" est interdit.

Virgil Bauchaud