Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Les Yvelines sous haute « vidéo-protection »

26 septembre 2017 à 10h24 Par Mikaël Livret
Crédit photo : DR

D’ici 2019, le département Francilien pourrait entièrement être placé sous vidéo-protection. 4.000 caméra d’un nouveau genre devraient être installées, capables de détecter automatiquement un incident.

Ce serait une première en France. Le département des Yvelines pourrait être placé entièrement sous vidéo-protection, grâce à l’installation de la fibre optique. La décision a été prise par Pierre Bédier, président du conseil départemental, en réaction aux attentats de ces deux dernières années. L’objectif est de créer à terme une plate-forme commune de vidéo-protection pour les 262 communes à l’horizon 2019. Première étape dans trois mois, avec une phase de test.

Détecter automatiquement un mouvement de foule

D’ici le mois de janvier, six collèges, deux casernes de pompiers et un village de 6.000 habitants seront ainsi tous connectés à la même salle de contrôle, par le biais de caméras dernier cri, dotées d'intelligence artificielle. 

De nouveaux équipements qui seraient capable de détecter automatiquement quand il y a un mouvement de foule soudain, quand quelqu’un pénètre dans un collège qui est fermé ou même un bruit de verre brisé. Les systèmes font remonter les images auprès d’un opérateur qui va vérifier. Et à ce moment-là, les images sont transmises aux forces de sécurité, aux pompiers, ou au principal du collège.

Les experts l’assurent, ce n’est pas « big brother ». S’il ne se passe rien, aucun opérateur ne regarde ce que filment les caméras. L’idée, c’est d’attendre l’événement. Les écrans sont noirs en mode standard et normal. Et c’est la caméra seule qui détecte une éventuelle « anomalie » et qui vient allumer les écrans au central.

Une facture à 13 millions d’euros.

À terme, en 2019, il devrait y avoir 4.000 caméras installées dans le département Franciliens. Ce sont ainsi 262 communes Yvelinoises qui seront scrutées par au moins six agents. Une équipe installée dans une plate-forme commune de 150 mètres carrés. La facture totale est estimée à 13 millions d’euros.