Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Levallois-Perret : après le décès de leur bébé, ils portent plainte contre le Samu

15 février 2019 à 10h51 Par Mikaël Livret
Crédit photo : villedereuil.fr

Une information judiciaire est ouverte contre X pour «non-assistance à personne en danger». Farida et Djamel Khemouche estiment que les secours ont mis beaucoup trop de temps à arriver.

La grossesse se déroulait sans problème. Jusqu’à cette nuit du 25 au 26 janvier. Farida pense perdre les eaux. Elle fait en réalité une hémorragie. Son bébé est en danger. Avec son mari ils appellent les urgences de l’hôpital Necker, qui les renvoient vers le 15. Une fois les services du Samu 92 au téléphone, le couple est réorienté vers le médecin du 15 à qui il faut réexpliquer tous les symptômes pour la troisième fois. Finalement ce sont les pompiers qui arrivent au domicile des futurs parents. Il évaluent la situation et la juge critique. Ils appellent alors le… Samu qui viendra finalement prendre en charge la maman, qui a déjà perdue beaucoup de sang. Elle est transportée à l’hôpital Beaujon de Clichy-la-Garenne où elle est opérée.

Mais c’est déjà trop tard pour le petit Amir. Dans le ventre de sa mère, le bébé a succombé aux suites d’un hématome-rétro-placentaire, une complication très grave de la grossesse et qui peut aussi être fatale pour la mère.

« Cet événement ne met pas en évidence de retard dans l’envoi des secours »

Djamel et Farida Khemouche ne décolèrent pas depuis. Pour eux, Amir aurait pu être sauvé. Entre le moment où Farida a commencé à perdre du sang, vers 3h55 du matin, et sa prise en charge aux urgences de l’hôpital de Beaujon à Clichy, il s’est écoulé plus d’une heure. Ils estiment que le Samu 92 n’a pas évalué correctement l’urgence et ne s’est pas déplacé assez vite. Une information judiciaire est ouverte contre X pour «non-assistance à personne en danger».

Contacté par le Parisien, l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP), dont dépend le Samu 92, confirme avoir eu connaissance de ce drame. En revanche, sa « première analyse de cet événement ne met pas en évidence de retard dans l’envoi des secours », peut-on lire dans le quotidien.