Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Neymar à Paris : Que feriez-vous avec 222M d’euros ?

03 août 2017 à 11h11 Par Virgil Bauchaud

Neymar est attendu à Paris dans les prochaines heures. Le footballeur brésilien va s’engager avec le PSG. Le club parisien doit payer sa clause libératoire de 222 millions d’euros. Une somme qui en fait rêver certains.

Après des semaines de rumeurs, le rêve est sur le point de se concrétiser pour les supporters du PSG. Neymar pourrait arriver ce jeudi à Paris pour signer son contrat avec le club de la capitale. Son avion est attendu d’une seconde à l’autre à l’aéroport francilien du Bourget. Il a passé sa visite médicale mercredi au Portugal, du côté de Porto. Le footballeur Brésilien de 25 ans avait annoncé mercredi son départ du FC Barcelone. Il pourrait ensuite être présenté en cette fin de semaine aux supporters. Mais d’abord, en coulisses, les dirigeants parisiens vont devoir sortir le chéquier. Pour s’attacher les services de Neymar, le PSG doit payer au club de Barcelone la clause libératoire du joueur, fixée à 222 millions d’euros.

« Voyager » ou « nourrir toute la planète »

Plus de 246.000 ans d’abonnement au passe Navigo, ou encore un appartement de 25.000 m2 dans la capitale. Voilà ce que vous pourriez vous offrir avec 222 millions d’euros ! Sur Voltage, nous vous avons demandé ce que vous feriez avec une telle somme ! Pour Liselie, « j’investirais dans des valeurs sûres et voyagerais, car j’ai envie de découvrir les quatre coins du monde ». « C’est démesuré on peut tout avoir ! J’achèterais trois maisons : une à Paris, une autre à Chambéry et Cannes », témoigne de son côté Loïc. D’autres se montreraient beaucoup plus généreux, comme Faïza qui a l’ambition de « nourrir toute la planète » en voyageant. « Je voyagerais en aidant les enfants qui meurent de faim partout dans le monde ».

Neymar devrait toucher un salaire annuel de 30 millions d’euros. Sur cinq ans, sa venue à Paris pourrait rapporter 300 millions d’euros à l’État français. Le Ministre des Comptes publics s’est même « réjouit » des impôts que devraient générer l'arrivée du Brésilien dans la capitale !