Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Paris : deux enquêtes ouvertes pour violences, le commissariat du XIXe de nouveau dans la tourmente

29 avril 2021 à 12h50 Par Lucas Pierre
Les deux policiers ont déposé plainte pour outrage et rébellion.
Crédit photo : CC0

Deux enquêtes ont été ouvertes ce jeudi 29 avril contre le commissariat du XIXe arrondissement de Paris pour « viol » et « violences » graves selon l’AFP. Ce commissariat fait déjà l’objet d’autres enquêtes pour des soupçons de violences policières.

Le commissariat du XIXe arrondissement de Paris est sous le coup de deux enquêtes. L’une est administrative, l’autre pénale. Elles ont été ouvertes pour « viol » et « violences » après qu’un homme d’une vingtaine d’années, placé en garde à vue au mois d’avril, a accusé le commissariat.

Selon Streetpress et Le Média, cet homme, se faisant appeler « Tommi », a déposé plainte mercredi 28 avril pour « violences » à caractère raciste par personne dépositaire de l’autorité publique et « viol » aggravé.

Les enquêtes menées par l’IGPN

Le 8 avril dernier, « Tommi » avait déposé une première plainte auprès de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Une plainte qui a entraîné l’ouverture d’une enquête administrative, selon la préfecture de police. Le parquet de Paris a de son côté ouvert une enquête pénale.

La victime présumée raconte dans sa plainte avoir été arrêtée le 5 avril dernier alors qu’il fuyait un contrôle de police pour un vol de voiture ; vol qu’il conteste toujours. Les policiers l’auraient alors « étranglé », frappé et insulté. L’un des deux fonctionnaires lui aurait lancé : « t’es mort, je vais te niquer ta mère, sale arabe ».

Expertise médicale

Ensuite emmené au commissariat du XIXe arrondissement de Paris, « Tommi » assure que l’un des policiers lui a demandé de se déshabiller avant que l’autre fonctionnaire ne baisse son caleçon et introduise son doigt dans le rectum. Il aurait alors été maintenu attaché à un banc, par des menottes, en caleçon pendant une vingtaine de minutes alors que les policiers se moquaient de lui et l’insultaient.

Deux jours plus tard, le 7 avril, « Tommi » a été examiné à l’unité médico-judiciaire de l’Hôtel-dieu. Le médecin, dans son rapport, indique avoir relevé plusieurs blessures et « une excoriation rougeâtre punctiforme millimétrique » après un examen anal externe. « Des constatations compatibles avec les déclarations du plaignant », selon le médecin.

Selon une source policière auprès de l’AFP, « les deux policiers ont déposé plainte pour outrage et rébellion ».