Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Paris et sa petite couronne en zone d’alerte renforcée : quelles conséquences sur notre quotidien ?

24 septembre 2020 à 09h25 Par Iris Mazzacurati
Toutes ces mesures seront réévaluées, en fonction de la situation, tous les quinze jours.
Crédit photo : Pixnio - Photo d'illustration

Le ministre de la Santé Olivier Véran l’a annoncé hier soir, Paris et sa proche banlieue sont placés en zone d’alerte renforcée au Covid-19. Fermeture des bars, des salles de sports... Qu’est-ce que ces mesures impliquent dans votre vie quotidienne ? Eléments de réponse.

Comme 10 autres grandes villes de France (Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble et Montpellier), Paris et sa petite couronne ont été placés en zone d’alerte renforcée.




Pourquoi ? Parce qu’en région parisienne, 1 millier de patients ont été admis à l’hôpital ces 7 derniers jours. 1/4 des lits de réanimation sont occupés par des patients covid. Si on ne fait rien, ce sera 85%, début novembre, a expliqué, hier, Olivier Véran.

Restrictions en vigueurs

A partir de lundi 28 septembre :

- les rassemblements de plus de 10 personnes seront interdits dans l'espace public, tels que les parcs...
- les bars fermeront à 22H le soir. D’autres mesures pourraient être annoncées prochainement.
- Fermeture totale des salles de sports, des salles des fêtes et des gymnases.
- Les rassemblements publics ne devront pas excéder le millier de spectateurs.

Des règles à respecter "autant que possible"

Parallèlement à ces restrictions, le ministre de la Santé a rappelé les indispensables gestes barrières (masque, distances et lavage des mains), mais a aussi lancé un appel appuyé à limiter la multiplication des réunions privées, en s’en tenant à sa « bulle sociale » (5 à 10 personnes proches, pas plus) ; ainsi que la nécessité d’avoir "autant que possible" recours au télétravail et particulièrement pour les "publics vulnérables".

Toutes ces mesures seront réévaluées, en fonction de la situation, tous les quinze jours.