Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Paris : les platines chauffent en prévision du Disquaire Day

11 juin 2021 à 11h00 Par Mathieu Message
Patrick Renassia, gérant du Rock Paradise, tient dans ses mains un vinyle des Beatles datant de 1965.
Crédit photo : Mathieu Message

Malgré la crise sanitaire, le Disquaire Day, fête internationale des disquaires indépendants, aura bien lieu. Cette année, elle sera même dédoublée, avec une première journée ce samedi 12 juin et la seconde le samedi 17 juillet.

Une nouvelle édition du Disquaire Day se tiendra les 12 juin et 17 juillet 2021. Un rendez-vous devenu incontournable pour beaucoup d'amoureux de la musique, et qui va permettre d'apporter son soutien à des commerçants qui ont souffert durant la crise sanitaire. Même si les disquaires avaient été considérés comme "essentiels" par le Gouvernement, ces deux journées vont mettre un coup de projecteur à une activité qui doit faire face à la concurrence féroce du streaming.

"Écouter sur internet, ce n'est pas la même chose" 

Au Rock Paradise, dans le 15e arrondissement de Paris, la matinée est calme. Pourtant quelques habitués sillonnent les rayons pour trouver un disque qui les fera vibrer. Samira, une habitante du quartier découvre d'ailleurs la boutique : "Je suis une nostalgique, quand je mets un vinyle ça me rappelle des souvenirs. En tapant un titre sur internet et en l'écoutant sur une enceinte, ce n'est pas la même chose. Ce genre de moments, ce sont des petits trésors qu'il ne faut pas perdre."

Le gardien de ces trésors, c'est Patrick Renassia, le gérant du Rock Paradise. Il a généralement 800 clients qui viennent lui rendre visite dans l'année, certains qui viennent même d'Asie ou d'Amérique Latine. Il espère d'ailleurs que cet été il pourra recevoir quelques touristes férus de musique. Pour le moment, William, un habitué, a repéré quelques disques : "Des pressages de Janis Joplin ou Liam Gallagher que Patrick a su dégoter, parce que ce ne sont pas forcément des pressages que l'on trouve en France, mais plutôt aux Etats-Unis. C'est toujours une valeur sûre de venir ici !"

Un sanctuaire pour les passionnés

En prévision du Disquaire Day, Patrick a fait son stock. Il reçoit quelques nouveautés et a trouvé une véritable pépite : "L'album Beatles for Sale, qui date de 1965. Sur le marché français, il est considéré comme le disque le plus rare." Pour vous l'offrir, il vous faudra débourser la modique somme de 600 euros.

Les clients du Rock Paradise sont avant-tout des passionnés de musique. On y trouve du jazz, du métal, du blues, de la funk, et évidemment du rock. Seuls le R'n'B et le rap ne trouvent pas place ici. Mais Patrick connaît leurs envies : "Ce qui m'embête, ce sont les gens qui viennent pour rafler tous les exemplaires d'un album. Un jour, une jeune fille d'une vingtaine d'années est venue avec les larmes aux yeux. Elle cherchait le dernier vinyle de David Bowie, mais dans une autre boutique, un type avait pris tous les exemplaires juste devant elle. Je lui en ai sorti un de ma réserve et elle était heureuse ! Lors du Disquaire Day, je pense que toutes les boutiques devraient jouer le jeu, en mettant un disque par rayon, et que la personne qui vient pour tout rafler ne puisse pas le faire."

Paris réunit près de 90 boutiques de vinyles, en comptant ceux des Puces et de la petite couronne. La capitale française fait donc mieux que Berlin, Londres ou encore Amsterdam.