Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Plus de 300 personnes marchent pour Yacine à Aulnay-sous-Bois

16 octobre 2017 à 09h53 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Aulany-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

Plus de 300 personnes étaient dans la rue pour réclamer la vérité pour Yacine. Ils ont manifesté ce dimanche à Aulany-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Les circonstances de sa mort n’ont pas convaincu la famille qui demande de nouvelles expertises.

Un mois après la mort de Yacine à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), sa famille ne croit toujours pas à la version officielle. Environ 300 personnes ont donc défilé ce dimanche après-midi dans la ville pour demander "la vérité. Yacine, c'est ce jeune homme de 24 ans retrouvé mort dans une cave du quartier Savigny à Aulnay, le 14 septembre dernier, face contre terre, le pantalon baissé et une barre de fer sous le corps.

L'enquête a rapidement conclu à une overdose de cocaïne mais la famille n'y croit pas, persuadée que quelqu'un a bel et bien tué Yacine. Il y a quelques jours la famille de Yacine a obtenu l'ouverture d'une information judiciaire mais le dossier avance trop lentement selon eux. Bilel, le grand frère de Yacine dénonce une justice trop lente et pas assez transparente qui laisse place au doute.

"Vérité pour Yacine"

La famille reproche également à la justice de ne pas avoir été consultée sur les modalités de la contre-autopsie réalisée, et surtout, de n'en avoir toujours pas eu les conclusions. Ce dimanche, de nombreux habitants d'Aulnay les ont donc rejoint derrière une grande banderole noire "Vérité pour Yacine".

Même si la famille reste très prudente sur les causes de la mort de Yacine, de nombreux manifestants pointent directement du doigt la responsabilité de la police. Même si officiellement rien ne met en cause la police à ce stade, pour Hadama Traore, co-fondateur du mouvement "La révolution est en marche", il n'y a pas de doute : de nombreux manifestants racontent ne plus se sentir en sécurité avec la police à Aulnay-sous-Bois et disent ne plus vouloir subir, au risque que cela dégénère.