Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Protection renforcée pour les gardiens de prison à Fleury-Merogis

25 septembre 2017 à 10h32 Par Mikaël Livret
Crédit photo : DR

Après l’agression de plusieurs employés à l’extérieur, l’administration a engagé des travaux pour installer des caméras et va mettre en place une équipe de sécurité mobile d’ici à 2019. 120 personnes devraient être recrutées.

Ils marchent souvent en groupe et en uniforme sur le chemin de la prison. Les surveillants de la maison d’arrêt de Fleury habitent pour beaucoup d’entre eux dans la commune. Si certains vivent dans des résidences dédiées, d’autres se sont installés dans des logements classiques. Ce qui n’est pas sans risque. Et l’inquiétude grandit au sein du personnel de la plus grande prison d’Europe, où sont emprisonnés plus de 4 000 détenus, entourés de 1 000 surveillants.

Ces dernières semaines, deux surveillants ont été pris en charge par l’administration et contraints de déménager à cause d’un incident à l’extérieur de la prison de Fleury. Samedi, un surveillant stationné en bas de chez lui, dans le quartier des Aunettes, croise un voisin. Les deux hommes se saluent. Mais le piéton fait demi-tour et demande au conducteur s’il est « maton ». Celui-ci acquiesce. Le voisin du surveillant se met alors à l’insulter puis lui assène deux claques et un coup de poing. L’agresseur écope de 4 mois de prison avec mandat de dépôt. Mi- août, un surveillant qui marchait entre la prison et les résidences a vu une voiture se porter à sa hauteur et le filmer. Le détenu libéré et ses amis ont menacé le surveillant de mort.

Des travaux sont en cours depuis quelques semaines

Des cas loin d’être isolé. Mais visiblement, cette fois, les manifestations et les grèves organisées au printemps 2017 pour demander une meilleure sécurisation du domaine ont été entendues. L’administration pénitentiaire a débloqué des fonds et des travaux sont en cours depuis quelques semaines. Des ralentisseurs sur la route menant à la maison d’arrêt, des barrières sur les trottoirs et des plots en béton, vont permettre de limiter une attaque en voiture. Les 21 caméras obsolètes installées sur le parking et près de l’enceinte de l’établissement vont aussi être remplacées. Une vingtaine d’autres vont être implantées le long de la route. Des caméras à lecteur de plaques d’immatriculation vont également être posées dans les prochaines semaines.

En ce qui concerne les logements des surveillances, les accès aux résidences exclusivement dédiées au personnel pénitentiaire vont être renforcés. Et la création d’une équipe de sécurité périmétrique mobile est prévue pour 2019. Elle effectuera des rondes permanentes sur le domaine appartenant à l’Etat. Ce sont 120 personnes qui seront recrutées.