Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Quand un officier de police vandalise une voiture de police !

28 mars 2018 à 10h21 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Commons wikimedia

Trois policiers intervenaient jeudi dernier sur un cambriolage, dans la commune de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). En remontant dans leur véhicule, ils s'aperçoivent que celui-ci a été dégradé et que du matériel volé. L’auteur : un officier de la BAC qui voulait leur "donner une leçon". Pas de chance car il a été filmé !

Une affaire embarrassante. « Un donneur de leçon », officier de la BAC qui plu est, a cru bon de vandaliser un véhicule de police en intervention. Il aurait voulu donner une leçon à ses collègues parce qu’ils avaient laissé leur véhicule sans surveillance. Sauf qu’il a été filmé !

Tout démarre jeudi 23 mars. Il est tard, autour de 23 heures quand une patrouille du commissariat de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) intervient sur un cambriolage dans un quartier pavillonnaire. Le quartier est tranquille et la patrouille composée de deux hommes et une femme ne jugent pas nécessaire de surveiller leur véhicule.

Sauf qu’au moment de remonter dans la voiture, stupeur. Une vitre est manquante ainsi que du matériel qui se trouvait sur la banquette arrière, dont des gilets pare-balle. C’est à ce moment qu’un lieutenant de la BAC de nuit arrive, la vitre à la main. « Je vous la rends, que ça vous serve de leçon », aurait asséné l’officier.

Ce lieutenant aurait voulu « donner une leçon » à ses collègues

De toute façon, il aurait pu facilement être identifié. Le véhicule en question est équipé d’un système Lapi, pour « lecture automatisée des plaques d’immatriculation. » Il est aussi accompagné d’une caméra fixée sur le toit. Ce qui veut dire que le vandale avait déjà été repéré avant même de se dénoncer.

 

Selon ses propres explications, ce lieutenant aurait voulu « donner une leçon » à ses collègues qui ont eu tort, à ses yeux, de laisser le véhicule une poignée de minutes sans surveillance. Contactées par le Parisien, ni la Préfecture de police ni la Direction départementale de sécurité publique (DDSP) de Seine-Saint-Denis n’ont donné suite.