Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

RATP : les chiens continueront à renifler dans les transports en commun

20 juillet 2018 à 09h50 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Wikipédia

Ces chiens renifleurs d'explosifs ont passé les tests avec succès. En place depuis 18 mois dans 41 gares et stations du métro et du RER, le dispositif sera pérennisé précise la RATP.

Ils vont rester dans les transports parisiens. L'expérimentation menée depuis 18 mois avec six équipages cynotechniques dans neuf gares RER et 32 stations de métro "s'est avérée concluante", explique la RATP dans un communiqué.

Depuis décembre 2016, le flair de ces chiens spécialement entrainés pour détecter des explosifs s’est révélé très utile et précieux en cas d’alerte au colis suspect. Dans un contexte de vigilance accrue, le nombre d’objets abandonnés avait atteint en 2016 un niveau exceptionnellement haut : en moyenne près de 7 cas signalés par jour sur le réseau RATP, ce qui générait de lourdes conséquences pour les voyageurs. En moyenne, le trafic était interrompu 40 minutes sur le réseau, précise la RATP.

14 équipes supplémentaires seront déployées

L’intervention de ces six équipes cynotechniques a permis de réduire l’impact et les interruptions sur le trafic. Ainsi, 72 heures d'interruption de trafic, soit quatre heures par mois ont pu être évitées depuis le début de l’expérimentation en décembre 2016.

Fort de ce succès, la RATP et Ile-de-France Mobilités vont prolonger cette expérimentation. 14 équipes supplémentaires seront déployées dans les RER et les Métro du réseau RATP d’ici le 1er octobre 2018 soit un total de 20 équipages répartis sur 300 stations et 30 gares.

Selon une étude réalisée par Ipsos en mai 2017 auprès de 600 usagers des transports en commun Francilien,  96% des voyageurs souhaitaient une généralisation du dispositif estimant que « l’opération va dans le bon sens, que ce soit pour la régularité du trafic ou le confort psychologique des voyageurs », et trois quart (75%) des personnes interrogées trouvaient ces équipes « rassurantes ».