Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

RER B : Quelle galère pour les usagers !

31 mai 2017 à 20h20 Par Rédaction

Depuis quelques mois, les perturbations s'accumulent sur le RER B. Des difficultés que la SNCF et la RATP expliquent par les travaux du Grand Paris Express. De leur côté, les usagers n'en peuvent plus.

Retards, suppressions, travaux… C’est un véritable calvaire pour les 800.000 usagers qui l’empruntent chaque jour. Les perturbations s’accumulent ces derniers mois sur le RER B. La présidente de la région Ile-de-France et du STIF Valérie Pécresse, a elle même reconnue cette semaine une situation « critique ». Et pour cause au mois de mars, seulement 76% des trains de la branche Saint-Rémy-Lès-Chevreuse sont arrivés à l’heure. Pire sur l’axe qui dessert Robinson, avec 63% de ponctualité. Rien qu’en mars, une quarantaine d’incidents « majeurs » ont été relevés sur le RER B.

Pourquoi autant de perturbations ?

Ce mercredi, la SNCF et la RATP ont répondu à la question, lors d’une audition du Conseil du Stif. Les deux entreprises ferroviaires ont rejeté la faute sur le chantier du Grand Paris Express. Et plus précisément sur les travaux en cours depuis le mois de février dans le Val-de-Marne, en gare d’Arcueil-Cachan. Ici où une seconde station est en cours de réalisation en sous-sol, pour accueillir la future ligne 15 sud du métro. Conséquence sur un tronçon de 500 mètres, les trains sont limités à 30km/h, contre 90km/h en temps normal. En tout cas les perturbations risquent de continuer. Ces travaux ne prendront fin qu’en novembre 2017.

Sur les quais du RER B, la résignation

D’ici là donc, les usagers prennent leur mal en patience et continuent de passer d’avantage de temps dans les transports. À notre micro Voltage en gare de Denfert-Rochereau, vous étiez nombreux à avoir constaté ces nombreuses perturbations. Pour Lucas, c’était « tous les matins. Il y avait une demi-heure de retard. On devait prévoir les temps supplémentaires de trajets, c’était assez embêtant ». Marguerite elle se souvient même d’une journée où elle a mis « 3h à rentrer, soit le double de d’habitude. Je fais avec parce que c’est tout de même assez pratique ».

Virgil Bauchaud