Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Sea Bubble coule des jours heureux à Paris

15 juin 2017 à 13h40 Par Rédaction

C'est presqu'en catimini, mardi, que le premier Sea Bubble a survolé la Seine pour son premier essai dans la capitale. Le futur taxi parisien s'expose aussi en avant-première au salon VivaTech, porte de Versailles (XVe arr), jusqu'à samedi.

C'est une première à Paris ! Un prototype de Sea Bubble a survolé la Seine mardi 12 juin. Créée par deux français, le navigateur Alain Thébault et le windsurfeur Anders Bringdal, ce «taxi volant» a pour but de révolutionner les modes de transports dans les grandes villes du monde entier, à commencer par notre capitale, Paris.

Ces bateaux volants mesureront quatre mètres de long et deux mètres de large et pourront transporter jusqu'à 5 personnes, un pilote et quatre passagers. Deux moteurs électriques propulsent l’engin qui se soulève à 40 centimètres au-dessus de l'eau, grâce à des ailes immergées, donnant ainsi l’impression de survoler l’eau. Pour la recharge des batteries, chaque Sea Bubble pourra « faire le plein » une fois de retour sur son dock. Des éoliennes et/ou des panneaux solaires assureront la distribution d’énergie, 100% verte.

En parallèle, la Start Up planche aussi sur une version «speed taxi», capable d'atteindre 50 km/h, un modèle «bus» équipé d'une trentaine de places et même une bulle autonome. À terme, le rêve des fondateurs de SeaBubbles est d’ubériser la commande de bulle sur la Seine grâce à une simple appli sur smartphone.

Les vrais tests sur la Seine à l’automne

Pour l'instant, quatre bulles sont en construction dans les ateliers, situés en Suisse. Sea Bubble les présentera officiellement aux Parisiens du 20 au 30 septembre sur la Seine, tout comme leur dock.

La mise en service devra cependant attendre plusieurs mois, le temps que les engins s'adaptent aux normes de navigation sur la Seine. Pas plus de 18 km/h, alors que dans d’autres pays, les petites bulles peuvent naviguer jusqu’à 55 km/h.

Si la législation autour de la Seine est encore trop stricte pour adopter ce nouveau mode de transport écologique, l'entrepreneur français bénéficie déjà du soutien du président de la République Emmanuel Macron, de la maire de Paris Anne Hidalgo et même des douaniers de Bercy qui assurent les liaisons entre le ministère de l'Économie et l'Assemblée nationale.

D’ici là, pour apercevoir les petites bulles grandeur nature, sur la terre ferme, il faut se rendre ce jeudi 15 juin, à la porte de Versailles (XVe arr) au Salon VivaTech (jusqu’à samedi 17 juin).