Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Seine-et-Marne : journée décisive pour les grévistes à Grandpuits

30 décembre 2019 à 10h39 Par Mikaël Livret
Une reconduction du mouvement de grève pourrait entrainer l'arrêt de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne).
Crédit photo : Capture d'écran Google Maps - Raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne)

Une nouvelle assemblée générale aura lieu ce lundi après-midi. Les salariés grévistes de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) devront décider, ou non, de la reconduction du mouvement.

Une réunion déterminante pour la suite. Les salariés grévistes de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) se réunissent en assemblée générale. Il sera question de la poursuite ou non du mouvement de grève initié depuis le 5 décembre. La poursuite de la grève entraînerait automatiquement l’arrêt des installations, qui tournent à un débit minimum depuis 4 semaines.

« On a un collectif de grévistes divisé sur la question de l'arrêt de la raffinerie. Les plus jeunes veulent aller jusqu'au bout du mouvement. Face à ça, vous avez des salariés plus anciens, qui ont peur vis-à-vis de la pérennité du site. Car à Grandpuits, Total n'investit pas dans la maintenance et on a un outil vieillissant », confie dans Le Parisien Thierry Defresne, délégué syndical central CGT.

En temps normal, 400 camions sortent de la raffinerie chaque jour. Depuis le 5 décembre, il n'y en a eu aucun ou presque. Plus inquiétant encore pour les automobilistes Franciliens : les stocks des principaux dépôts pétroliers de la région parisienne diminuent. Selon la CGT, au port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) par exemple, le sans-plomb 98 est déjà en rupture de stock et cela devrait bientôt être le cas également pour le sans-plomb 95 et le gazole.

Les autorités continent d'être rassurantes sur l'état des stocks de carburtant en Île-de-France et appellent les automobilistes à ne pas précipiter la pénurie avec des pleins de précaution.