Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Seine-Saint-Denis : une école encerclée par les autoroutes

20 février 2020 à 10h42 Par Mikaël Livret
Le projet de réaménagement de l'échangeur encerclera une école avec deux boulevard et une autoroute.
Crédit photo : Dirif

Une pétition a été lancée contre le futur échangeur Pleyel. Des parents d'élèves et des riverains s'y opposent. Imaginé par la Direction des routes de l’Ile de France, cet aménagement routier est directement lié à l'organisation des Jeux Olympiques de 2024.

La santé des enfants en danger. N’importe quel automobiliste francilien à avoir déjà emprunté l’échangeur de Pleyel le sait : c’est compliqué ! En amont des Jeux Olympique de 2024, il a été décidé de le réaménager pour fluidifier les accès et les sorties de l’A86 et l’A1.

Le projet prévoit la fermeture, puis la déconstruction des bretelles d’accès et de sortie depuis l’A1 au niveau de la Porte de Paris et la création de nouvelles bretelles permettant de rétablir les fonctionnalités d’échanges avec l’A86 au niveau de l’échangeur Pleyel.

Le boulevard Anatole-France (RN410), actuellement emprunté par un trafic de transit provenant de l’A1, serait désengorgé. La disparition des bretelles d’accès à l’A1 à la Porte de Paris et la création de nouvelles bretelles d’accès et de sortie de l’A86 côté Pleyel, devrait éviter le transit de plus de 10.000 voitures par jour dans Saint-Denis.

Sur le papier le projet semble être une bonne idée. Mais ces explications n’ont pas suffit à calmer les habitants de Saint-Denis. Plusieurs pétitions ont ainsi vu le jour pour dire non à ce projet. Des voix s'élèvent car le groupe scolaire Anatole France va se retrouver pris au piège au milieu des bretelles d’autoroutes. 700 enfants âgés de 2 à 12 ans y sont scolarisés ainsi qu’une soixantaine de personnels et enseignants.

« Dans le projet actuel, les deux écoles de ce groupe scolaire seront prises dans un étau routier à très fort trafic mettant en danger la santé de ces enfants (pollution et bruit). Nous demandons que ce projet résolve les risques que l’exploitation de l’autoroute fait courir actuellement aux enfants », déclare à actu.fr la FCPE 93.