Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Soupçon d’agression antisémite à Livry Gargan

11 septembre 2017 à 10h31 Par Mikaël Livret
Crédit photo : DR

Une famille de confession juive a été séquestrée et détroussée à son domicile de Livry Gargan (Seine-Saint-Denis) jeudi dernier. Plusieurs associations juives dénoncent une "agression antisémite". Les auteurs, qui seraient au nombre de trois, seraient en fuite.

Une famille juive a été séquestrée et détroussée dans la nuit du jeudi au vendredi 8 septembre, à son domicile de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), un acte qui présente les caractères d'une agression antisémite : la famille a été ciblée parce qu'elle est juive.

Le parquet de Bobigny a confié à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, une enquête pour vol aggravé par plusieurs circonstances - dont le fait que les faits semblent avoir été commis en raison de la religion des victimes -, extorsion aggravée et séquestration. 

« Vous êtes juifs, vous avez de l'argent »

Selon les victimes, les auteurs se sont introduits dans le pavillon par effraction, ils ont coupé le courant, séquestré d'abord le fils de la famille, puis au petit matin s'en sont pris à la maîtresse de maison et à son mari pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que la femme parviennent à alerter la police.

Les agresseurs auraient déclaré à leurs victimes, des membres connus de la communauté : "Vous êtes juifs, vous avez de l'argent, on prend l'argent aux juifs pour le donner aux pauvres." Il auraient réclamé et emporté  les bijoux, des sommes d'argent en espèces et les cartes de crédit de la famille.

Gérard Collomb, le ministre de l'intérieur, exprime son indignation après la violente agression commise à l’encontre des membres d’une famille de confession juive. 

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a condamné avec force une "agression très violente et antisémite". Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a condamné dans un communiqué "une nouvelle agression manifestement antisémite" et "préméditée". L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a, elle aussi, dénoncé "l'insécurité des français juifs".