Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Insolite

Tendance : se faire opérer pour ressembler aux filtres Snapchat ! (photos)

06 août 2018 à 09h54 Par Clément Gwizdz
Crédit photo : pxhere

C’est la nouvelle tendance dans le monde de la chirurgie esthétique aux États-Unis et en Grande Bretagne ! Les jeunes veulent se faire opérer pour ressembler aux filtres Snapchat ou Instagram. Des chirurgiens de Boston tirent la sonnette d’alarme !

Les filtres Instragram et Snapchat nous rendent-ils fous ? Ces filtres nous donnent-ils des complexes ? A en croire des chirurgiens de Boston, les jeunes Américains se font de plus en plus opérer afin de ressembler aux filtres Instagram et Snapchat. C’est ce que l’on apprend dans la revue American Medical Association.

Les jeunes filles viennent en consultation avec des photos d’elle d’Instagram ou de Snapchat. Elles ne veulent plus ressembler à leurs idoles Rihanna, Kim Kardashian, Beyonce ou Shakira mais simplement à leur double virtuel. Cette tendance a un nom : la dysmorphobie. Concrètement, elles ont peur d’être laides ! Les jeunes filles complexent de plus en plus et fantasment sur la peau lisse, le nez plus fin, les lèvres pulpeuses ou encore les traits affinés. Elles sont prêtes à passer sur le billard pour n’avoir aucun défaut physique !

😽 #cat #filtresnapchat #filtre #makeup

Une publication partagée par Angelica 🇮🇹🇫🇷 (@nayesanti) le

Les chirurgiens tirent la sonnette d'alarme en rappelant que ces attentes sont irréalistes. Il faut savoir que les personnes atteintes de dysmorphobie ont tendance à se livrer à des comportements compulsifs de soins esthétiques, de consultation des dermatologues. Ces personnes utilisent donc les réseaux sociaux pour vérifier leur attractivité. Elles ont comme objectif: être populaire et enregistrer de nombreux likes sur les réseaux sociaux. Les chirurgiens à l’origine de l’étude incitent désormais leurs collègues à refuser ce genre d’opération et à renvoyer les patients vers un service psychologique.